OM : Les révélations de Mandanda au sujet de son avenir

OM : Les révélations de Mandanda au sujet de son avenir©Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le jeudi 01 avril 2021 à 18h50

Le gardien et capitaine de l'OM, Steve Mandanda, s'est livré sur les futures échéances. Plus près de la fin que du début de sa carrière, à 36 ans, il ne se voit pas ailleurs que dans le club phocéen.


Joueur le plus capé de l'histoire de l'Olympique de Marseille avec plus de 500 matchs à son compteur, 579 pour être précis, Steve Mandanda est un élément à part dans le club phocéen. Il avait effectué une pige d'une saison à Crystal Palace en 2016-2017, avant de revenir à l'Orange Vélodrome ensuite, et ne cesse, depuis, d'afficher une régularité quasiment totale dans ses performances. Au moment de songer à son futur, une fois qu'il aura raccroché les gants, il ne se voit pas ailleurs, comme il l'a affirmé à Onze Mondial.

L'Euro puis une retraite internationale ?

"Je vois mon avenir forcément ici, à Marseille, parce que j'ai tout appris ici, tout gagné, tout vécu. Donc je le vois au club. Dans quel rôle ? Comment ? Quand ? Je ne sais pas encore. Ce qui est sûr, c'est que je ne m'imagine pas ailleurs qu'ici. Et oui, je pense rester dans le football. À partir du moment où je suis encore sur le terrain, c'est difficile de me projeter. Aucun poste ne m'intéresse pour le moment. Tout simplement parce que j'aimerais bien toucher à tout avant de me positionner. Je ne sais pas si j'aurai envie d'être entraîneur des gardiens, entraîneur des jeunes, être dans les bureaux pour de l'administratif ou du sportif", a certifié le natif de Kinshasa. Marqué par le départ d'André Villas-Boas, qu'il ne peut qu'accepter après en avoir connu les raisons, Mandanda a aussi évoqué le sujet des Bleus.


Abordant une possible retraite internationale du bout des lèvres, le numéro 2 derrière Hugo Lloris pourrait ne plus revenir en sélection après l'Euro, prévu du 11 juin au 11 juillet. "Il y a de grandes chances que l'Euro soit ma dernière compétition internationale. Mais je n'aime pas être catégorique. On ne sait jamais ce qu'il se passe. Je prends l'exemple d'Ibra qui a décidé d'arrêter il y a cinq ans et qui aujourd'hui revient. Même si je ne suis pas du tout Ibrahimovic, qu'on soit bien d'accord là-dessus."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.