OL : Boateng condamné pour violences conjugales

OL : Boateng condamné pour violences conjugales©Media365
A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le mercredi 02 novembre 2022 à 21h45

Ce mercredi à Munich, Jerome Boateng a été condamné pour des faits de violences conjugales remontant à 2018.



Champion du monde en 2014 avec l'Allemagne, Jerome Boateng a depuis perdu de sa superbe. Il essaie tant bien que mal de relancer sa carrière malgré ses 34 ans. L'arrivée de Laurent Blanc sur le banc de l'Olympique Lyonnais en remplacement de Peter Bosz au mois d'octobre l'a remis en selle et sous les ordres du "Président", l'ancien international allemand s'est réinstallé au cœur de la défense centrale des Gones. L'homme aux 72 sélections internationales a pris part en tant que titulaire aux trois derniers matchs de Ligue 1 de Lyon alors qu'il n'était pas du tout apparu en match officiel cette saison auparavant. Cependant, sur un terrain tout autre, Jerome Boateng se trouve en grande difficulté.


Poursuivi en Allemagne pour violences conjugales envers son ex-compagne, le défenseur allemand avait déjà été condamné. Les faits remontent à 2018 lors de vacances aux Caraïbes. Au mois de septembre 2021, l'ex-joueur du Bayern Munich avait été reconnu coupable et sommé de régler 1.8 millions d'euros de dommages et intérêts à la victime. Une peine d'un an et six mois de prison avec sursis avait également été prononcée à son encontre par la cour de Munich. Suite à son appel, Jerome Boateng comparaissait à nouveau au tribunal cette semaine.

Condamné à verser 1.2 millions d'euros

La défense réclamait dans sa plaidoirie un acquittement de son client tandis que la procureure exigeait une condamnation d'un an et six mois d'emprisonnement avec sursis agrémentée d'une sanction pénale de 1.5 millions d'euros. Ce mercredi, le tribunal de grande instance de Munich a coupé la poire en deux. Reconnu coupable, Jerome Boateng a été condamné à verser 1.2 millions d'euros à son ex-compagne. Cependant, il échappe à une peine de prison contrairement au jugement rendu en première instance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.