Nice - Farioli : "On dirait que bien défendre est une chose négative"

Nice - Farioli : "On dirait que bien défendre est une chose négative"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le vendredi 03 novembre 2023 à 20h20

Leader de Ligue 1, l'OGC Nice s'apprête à défier Rennes, dimanche en clôture de la 11ème journée (20h45). En conférence de presse, Francesco Farioli a notamment évoqué les critiques contre son équipe, jugée par certains observateurs comme ennuyeuse.


L'OGC Nice n'aspire pas à "porter toujours un smoking". Cet été, Francesco Farioli est arrivé sur le banc du club azuréen avec la réputation de coach offensif, étant un disciple de Roberto De Zerbi, l'entraîneur à la mode de Brighton. Bien que leader de Ligue 1 après les 10 premières journées, Nice brille plus par sa solidité défensive (seulement 4 buts encaissés, meilleure défense) que par sa capacité à faire des différences (11 buts marqués). Alors, ennuyeux ce Nice version Farioli ? L'Italien a apporté sa vision de choses à 2 jours de la réception de Rennes, dimanche soir à l'Allianz Riviera. "Porter toujours un smoking, ça aurait quelque chose de présomptueux, et ce n'est surtout pas ce qu'on cherche à être. On dirait que bien défendre est une chose négative", a évalué l'Italien.

"On défend bien sans le ballon mais bien aussi avec le ballon"

Selon lui, Nice doit savoir varier ses contenus en fonction des matchs, et cela nécessite donc de changer de vêtements. "Préparer un match, c'est comme regarder dans une garde-robe : on doit choisir entre un smoking, un jean... Il faut savoir mettre tous types de vêtements. Nous, on a utilisé toutes nos tenues lors de nos différents matches. Il y en a où on a utilisé un bleu de travail et on a su le faire efficacement", a confié l'entraîneur du club azuréen, dans des propos relatés par L'Equipe. Dans une Ligue 1 propice aux transitions, Nice doit savoir faire preuve de patience sans pour autant être trop lent. Celui qui est à la tête de l'équipe occupant la 2ème place au nombre d'occasions créées et d'occasion manquées n'a pas nié l'impression de "sous-rythme" mais développé son idée générale : "Plus on va vite vers l'avant, plus le ballon revient vite vers nous, et on veut qu'il revienne vers nous le moins possible. Donc on cherche à être patients. On a subi peu de transitions jusqu'ici. On défend bien sans le ballon mais bien aussi avec le ballon". Prochaine démonstration dès dimanche soir face à Rennes ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.