Ligue 1 : Stéphanie Frappart, première arbitre féminine

Ligue 1 : Stéphanie Frappart, première arbitre féminine©Media365
A lire aussi

Lucas Bertolotto, publié le mercredi 24 avril 2019 à 17h10

Stéphanie Frappart va devenir ce dimanche la première femme a arbitrer une rencontre de Ligue 1 à l'occasion d'Amiens - Strasbourg. Une récompense pour celle qui officie en Ligue 2 depuis plusieurs années et qui participera à la prochaine Coupe du monde.



« Je ne veux pas qu'on me mette en haut de l'affiche uniquement parce que je suis une femme » avait annoncé Stéphanie Frappart dans les colonnes du Figaro il y a quelques jours. Le haut de l'affiche ? C'est la Ligue 1, et l'arbitre de 35 ans y dirigera sa première rencontre ce dimanche. Une juste récompense pour celle qui officie en Ligue 2 depuis 2014 et qui sera au sifflet lors de la Coupe du monde féminine en juin prochain sur les pelouses françaises. « L'accession à la Ligue 1, comme je l'ai vécue pour la Ligue 2, je la vois plus comme une renaissance de mes compétences » avait ajouté la principale concernée qui, pour le match opposant Amiens à Strasbourg, pourra montrer qu'elle est à ce niveau pour ses compétences.

Gillet : « Elle est capable de gérer la pression »

Arbitre officielle en Ligue 2 depuis cinq ans, Stéphanie Frappart a eu le temps de s'acclimater au niveau professionnel et à ses exigences. Même si la division est différente, son engagement sera le même comme l'a souligné le milieu de terrain de Lens Guillaume Gilet à RMC Sport : « Elle est capable de gérer la pression dans un stade de Ligue 2 ou de Ligue 1. Il faut être indulgent, elle commettra peut-être de erreurs mais ça arrive aussi aux hommes. On y va un peu plus timidement quand on veut s'énerver au niveau des décisions arbitrales. On essaie toujours de le faire avec retenue. C'est vrai qu'il y a une différence à ce niveau-là.»

Première arbitre féminine en Ligue 1

Frappart pourrait néanmoins ressentir un peu de pression lors de cette 34eme journée de championnat puisqu'elle sera la première arbitre féminine à diriger une rencontre du plus haut niveau tricolore. Si Nelly Viennot avait été arbitre assistante pendant une dizaine d'années, elle n'avait jamais occupé le rôle qu'aura Frappart dimanche. Comme elle l'avait affirmé dans Le Figaro, les mentalités sont donc prêtes pour franchir ce cap : « Je ne pense pas qu'il y ait de blocage dans les instances même si, en football comme partout, il faut en faire un peu plus pour acquérir sa place. » Après l'Allemagne en 2017, c'est donc à la France de lancer une arbitre féminine dans le grand bain deux ans plus tard pour permettre au sport féminin de poursuivre sa croissance à quelques semaines de la Coupe du monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.