Ligue 1 : Nice souffle Monaco

Ligue 1 : Nice souffle Monaco©Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le samedi 07 mars 2020 à 22h00

Impressionnants collectivement durant le premier acte, les Monégasques ont ensuite perdu de l'envie et de la lucidité en deuxième période, encaissant une égalisation logique de Kasper Dolberg, qui a répondu à Wissam Ben Yedder avant de bisser dans le temps additionnel (2-1).



Malgré la saison de transition promise au moment du rachat de l'OGCN par Ineos et le milliardaire Jim Ratcliffe, les supporters niçois peuvent continuer à rêver. Si le PSG gagnait les deux coupes, rendant ainsi les cinquième et sixième places qualificatives pour la Ligue Europa, les Aiglons seraient dans le coup. Neuvièmes avec 38 points au coup d'envoi, les joueurs de Patrick Viera n'avaient gagné qu'une seule fois (contre la lanterne rouge toulousaine) lors de leurs cinq derniers matches. Si le coach du Gym annonçait en conférence de presse au sujet de ses hommes : « Ils ont mis beaucoup d'implication et de sérieux cette semaine », c'était pour annoncer aussitôt que la tâche serait difficile : « Il faudra faire un match parfait pour prendre les trois points ». Menés à la pause sans avoir cadré le moindre tir, les Niçois étaient loin du compte. Secoués dans les vestiaires, ils revenaient sur le terrain avec davantage d'intentions. Et un changement tactique permettant à Danilo Barbosa d'amener sa qualité de construction au milieu.

L'égalisation arriva au bout d'un quart d'heure, quand Adam Ounas fixa Fodé Ballo Touré sur la droite avant d'adresser un centre rentrant du gauche, que Kasper Dolberg dévia du bout du crâne aux 5,50 m entre Guillermo Maripan et Kamil Glik. Généreux, les Aiglons continuèrent à pousser, mais ont dû penser qu'ils n'y arriveraient pas après la sortie sur blessure de leur spécialiste en caviars Adam Ounas. A la 93eme, Claude-Maurice tenta pourtant un dernier rush dans l'axe et décala Moussa Wagué sur la droite. Légèrement dévié, le centre du Sénégalais était repris par l'inévitable Kasper Dolberg, qui jaillissait au premier poteau pour devancer Benjamin Lecomte et faire chavirer de bonheur l'Allianz Riviera. Récompensé pour son caractère, l'OGCN dépasse son voisin et s'empare de la sixième place tant convoitée !

Les Monégasques se sont sabordés

La Ligue des Champions, c'était l'objectif indiqué à Robert Moreno par Oleg Petrov en amont de ce derby azuréen ! Le vice-président de l'ASM va probablement faire une croix sur la C1 à la suite de cette prestation décevante. Septièmes avec 40 points avant la partie, les Monégasques restaient sur deux nuls décevants face à Dijon et Reims. La victoire était donc impérative. Robert Moreno disait en conférence de presse : « Nous analysons l'adversaire pour faire bien les choses et gagner en contrôlant toutes nos émotions ». Les émotions, c'est justement ce qui a manqué au club de la Principauté pour faire un bond au classement. Jouant un football technique et vertical, les visiteurs ont superbement ouvert le score à la 32eme, quand une relance de Cesc Fabregas était remisée par Stevan Jovetic vers Tiémoué Bakayoko. D'une ouverture lumineuse, le milieu mettait Wissam Ben Yedder sur orbite. Le serial buteur monégasque battait alors Walter Benitez par un piqué du droit.

Si Stevan Jovetic n'avait pas trouvé la transversale sur sa frappe de 25 mètres quelques minutes plus tard, Monaco serait rentré aux vestiaires avec un break d'avance et la rencontre aurait été toute autre. Mais les joueurs du Rocher se sont contentés de reculer à la reprise. Et après avoir concédé l'égalisation, les protégés de Robert Moreno ont carrément perdu les pédales, Islam Slimani passant près du rouge sur deux contestations en deux minutes, avant que Stevan Jovetic ne découpe Lusamba d'un tacle les deux pieds décollés. Et Glik aurait dû recevoir dans la foulée un deuxième jaune pour un coup de coude. A dix contre onze, les visiteurs crurent reprendre l'avantage, mais la transversale - encore elle - repoussa un tir d'Aleksandr Golovin, avant que Kasper Dolberg ne surgisse pour le dernier rebondissement de ce scénario haletant... et cruel pour l'ASM, qui replonge dans ses doutes au neuvième rang.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.