Ligue 1 : Lille profite de la venue de Toulouse pour remonter sur le podium

Ligue 1 : Lille profite de la venue de Toulouse pour remonter sur le podium©Panoramic, Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le samedi 22 février 2020 à 22h20

Trop tendres, les Toulousains ont été croqués par des Dogues supérieurs dans tous les compartiments (3-0). Une rencontre sans suspense au scénario qui a paru écrit d'avance durant laquelle Loïc Rémy et Renato Sanches se sont signalés.

Après la défaite concédée au Stade Pierre-Mauroy face à Marseille dimanche dernier, Christophe Galtier avait concédé qu'il ne croyait plus à la 2eme place. Mais l'entraîneur du LOSC se donnait pour objectif de finir le championnat sur la troisième marche, et annonçait que ses joueurs étaient « dans l'obligation de l'emporter » lors de la venue du dernier. Sans Yusuf Yazici, Timothy Weah (blessés) et Reinildo (suspendu), mais avec les retours de Benjamin André, Gabriel, Xeka et Boubakary Soumaré, Galtier pouvait aligner un 4-4-2 séduisant, qui n'aura mis qu'une minute et demie à ouvrir le score, par une volée sèche que Loïc Rémy claqua des 16 mètres. Avant la pause, l'international français a doublé la mise, poussant au fond des filets un centre de Domagoj Bradaric légèrement détourné et suivi avec opportunisme. Après une vingtaine de minutes, Victor Osimhen a anticipé une mauvaise passe du gardien, et a décalé Renato Sanches, qui a éteint les derniers espoirs de ses adversaires. Portée par une charnière Gabriel-José Fonte très solide, sans cesse provocatrice grâce à l'activité de Jonathan Bamba et Jonathan Ikoné sur les ailes, faisant constamment planer le danger par la complémentarité de son duo d'attaque, la formation lilloise a livré un véritable récital, sans pour autant forcer son talent. Et comme Marseille a perdu, Christophe Galtier va pouvoir réviser ses objectifs à la hausse !

Le calvaire se prolonge pour les Toulousains

16 défaites lors des 17 derniers matches. Neuf points de retard sur l'avant-dernier amiénois et quatorze sur le barragiste nîmois... L'exercice 2019-2020 des Occitans ressemble de plus en plus à un chemin de croix. Cependant, même si ses protégés avaient fini à neuf contre onze Niçois la semaine passée, mordant une nouvelle fois la poussière, Denis Zanko cherchait à positiver en amont du déplacement à Lille : « Les joueurs n'ont pas lâché. Tant qu'il y aura le moindre petit espoir de nous maintenir, j'y croirai fermement. Nous nous réfugions dans le travail et le groupe ne lâchera pas, c'est notre leitmotiv ! ». Le coach des Pitchouns se souvenait même que le 19 octobre, le Téfécé avait battu Lille à l'aller (2-1). Mais son effectif décimé (Lovre Kalinic, Baptiste Reynet, Kelvin Amian, Sam Sanna à l'infirmerie, Steven Moreira et Ruben Gabrielsen purgeant leur suspension) ne lui permettait pas d'aligner une formation pouvant tenir la dragée haute à son hôte. Fébriles, ses joueurs ont concédé la première occasion au bout de 30 secondes, encaissant un but une minute plus tard. Sans plan de jeu, à l'image d'un William Vainqueur cherchant en vain un coéquipier, impuissants comme Mathieu Dossevi, dont l'entrée à la pause n'a rien changé, voire même peu concentrés, à l'instar de Mauro Goicoechea, qui n'a pas levé la tête avant de dégager au sol dans l'axe, offrant ainsi sur un plateau la troisième réalisation du LOSC, les Toulousains ont sombré à Pierre-Mauroy. Sortant du terrain têtes basses, ils paraissaient ne plus du tout croire en leurs chances de maintien. Denis Zanko a une semaine pour leur redonner le moral !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.