Ligue 1 : Le regret du patron des arbitres

Ligue 1 : Le regret du patron des arbitres©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 20 septembre 2022 à 09h01

Après une 8e journée marquée par de nouvelles polémiques arbitrales, Pascal Garibian, le patron des arbitres français, a reconnu une erreur lors de Reims-Monaco.



Les arbitres ont encore fait beaucoup parler d'eux ce week-end sur les pelouses de Ligue 1. Un championnat toujours loin devant ses voisins, pas en ce qui concerne les résultats européens mais les expulsions. Car avec 34 cartons rouges depuis le début de saison, l'élite française domine largement le continent dans ce domaine. Et deux des expulsions de cette 8e journée de Ligue 1 font particulièrement polémique. Suffisamment pour que le patron de l'arbitrage monte au créneau. Invité de La chaîne L'Équipe, Pascal Garibian a reconnu une erreur lors de Reims-Monaco (0-3). Un match où le Rémois Bradley Locko a été exclu par l'arbitre, Marc Bollengier (photo), pour avoir marché involontairement sur le pied de Breel Embolo.

Une expulsion "trop sévère"

Ce qui avait provoqué la colère de l'entraîneur champenois, pour qui l'officiel a "tué le match". "Ce n'est pas la première fois, on a été pénalisé plusieurs fois. À mon avis ils nous font payer quelque chose, je ne sais pas quoi. Je suis désolé pour les joueurs, car l'arbitre a joué avec sa profession et le travail de mes joueurs. On ne peut rien faire, ils ont tout le pouvoir", a déploré Oscar Garcia après la rencontre. "M. Locko dégageant un ballon et terminant son geste dans le mollet du joueur monégasque, pour nous, l'exclusion est trop sévère. Nous aurions préféré que ce carton rouge ne soit pas mis", a admis Garibian.


Le DTN de l'arbitrage français a en revanche validé l'expulsion de Jean-Clair Todibo, renvoyé aux vestiaires après une poignée de secondes par Bastien Depechy lors de Nice-Angers (0-1) suite à une faute sur Abdallah Sima. "M. Todibo a été exclu pour avoir anéanti une action de but. Techniquement, pour nous, il n'y a rien à redire à cette décision, estime ainsi Garibian. L'arbitrage commence dès le coup d'envoi. A partir du moment où, au moment de la faute, l'arbitre a considéré que le fautif avait annihilé une occasion de but, la seule sanction disciplinaire qu'il peut prendre, c'est d'exclure le joueur fautif, considérant que M. Sima avait fait la différence et s'ouvrait le chemin du but."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.