Ligue 1 (J9) : Reims enchaîne contre Strasbourg

Ligue 1 (J9) : Reims enchaîne contre Strasbourg©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 01 novembre 2020 à 16h49

Ce dimanche après-midi, après sa large victoire à Montpellier (0-4), Reims est resté sur sa lancée, contre Strasbourg (2-1), pour le compte de la 9eme journée de Ligue 1.

Au fond de la classe, les deux cancres (Reims, dix-neuvième avec 5 points ; Strasbourg, juste devant avec 6 points), s'affrontaient avec l'intention de mettre la tête de leur adversaire sous l'eau.

Un chef-d'œuvre lance dix minutes de folie au cœur du premier acte

Dès l'entame, ce sont les locaux qui ont pris le contrôle des opérations, frôlant même les 80 % de possession. Et si les visiteurs ont planté la première banderille par l'intermédiaire d'Habib Diallo, dont la tête est passée juste à côté du but de Pedrag Rajkovic à la 15eme, ce sont les Rémois qui ont logiquement ouvert le score. Et de quelle manière ! Après un tir de Nathanaël Mbuku directement sur Bingourou Kamara à la 16eme, Mathieu Cafaro n'a pas laissé la moindre chance au portier strasbourgeois six minutes plus tard. Sur un coup-franc anodin, concédé à plus de 25 mètres sur la gauche par Stefan Mitrovic pour un tirage de maillot sur Boulaye Dia, le milieu a choisi la frappe enroulée, alors même que tout le monde attendait un centre dans le paquet. Le ballon a sauté le mur pour heurter le montant gauche à mi-hauteur et entrer dans le but ! Enflammés par cette sublime ouverture du score, les Rémois sont repartis à l'abordage, et, à la 27eme, c'est Wout Faes qui a fait le break d'une tête smashée, après s'être défait du marquage de Mitrovic sur un corner de Valon Berisha. Mais, une poignée de secondes plus tard, Nathanaël Mbuku a gâché le travail de ses partenaires en taclant naïvement (et brutalement !) Habib Diallo dans sa surface. Avec maîtrise, Ludovic Ajorque a transformé la sanction, prenant Rajkovic à contre-pied après une série de petits pas.

Les Rémois ne voulaient pas se découvrir en seconde période, ils ont failli prendre froid

Décidés à subir au retour des vestiaires, les protégés de David Guion ont abandonné les intentions à ceux de Thierry Laurey. Le coach alsacien a compris que son onze de départ (avec une défense à 5) était trop frileux, et a lancé Adrien Thomasson, Kévin Zohi et Majeed Waris. A la 65eme, le premier des trois remplaçants a vu un ballon lui revenir sur la droite de la surface et a centré en retrait. Si Diallo a topé sa reprise, Ajorque a cru conclure à bout portant... C'était toutefois compter sans l'intervention de gladiateur de Faes, qui, sur sa ligne, a mis son visage en opposition alors que son gardien était battu ! Une intervention aussi courageuse que providentielle ! Avare de risques, la tactique attentiste des Champenois s'est avérée paradoxalement très risquée à l'épreuve des offensives alsaciennes, de plus en plus régulières. Malgré deux fulgurances (un tir croisé par Moussa Doumbia à l'entrée de la surface qui a léché le montant gauche de Kamara, et une volée en angle fermé de Boulaye Dia repoussée des poings par le dernier rempart strasbourgeois), ils ont plié, plié, et failli rompre à la 83eme, quand Thomasson a éliminé d'une passe délicieuse Faes et Thomas Foket. Diallo a pensé alors égaliser en ouvrant le pied, mais Rajkovic a parfaitement bouché l'espace, réalisant une parade décisive. L'international serbe a eu le dernier mot, pour offrir un précieux succès au Stade de Reims, qui se hisse dans le ventre mou tout en enfonçant son adversaire du jour sous la ligne de flottaison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.