Ligue 1 : Des arbitres sanctionnés pour un retard causé par des bouchons

Ligue 1 : Des arbitres sanctionnés pour un retard causé par des bouchons©Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le mercredi 22 septembre 2021 à 19h55

Plusieurs arbitres devant officier comme VAR lors de matchs de la 37eme journée de Ligue 1 la saison passée ont été sanctionnés par la FFF en raison d'un retard provoqués par des bouchons en région parisienne.



C'est une drôle de mésaventure qui est arrivée à plusieurs arbitres officiant lors de la 37eme journée de Ligue 1 la saison passée. Alors que l'arbitrage vidéo a tout d'abord été déployé en France avec des arbitres présents aux abords des stades, la Fédération Française de football a rapidement mis en place un centre de visionnage. S'il est situé à Paris, la localisation exacte de ce lieu stratégique n'a pas été rendue publique. Mais qui dit région parisienne, peut également dire difficultés sur les routes pour accéder à ce centre de visionnage. Selon RMC Sport, qui a pu se procurer un procès-verbal de la Commission Fédérale des arbitres c'est ce qui est arrivé à trois arbitres en charge de l'arbitrage vidéo en toute fin de saison dernière. Pris dans les bouchons d'une fin d'après-midi de dimanche à Paris, ces arbitres n'ont tout simplement pas pu atteindre le centre de visionnage à temps pour tenir leur place.

La FFF n'a pas rigolé face à cette affaire

Selon la Commission Fédérale des arbitres, les trois personnes concernées « n'ont pas été en mesure d'honorer dans des conditions normales leur désignation pour ces rencontres ». Ces derniers, qui seraient bien connus du grand public selon RMC Sport, ont toutefois « reconnu leur erreur de ne pas avoir suffisamment anticipé les difficultés de circulation pour rejoindre Paris ce jour-là », selon les déclarations contenues dans le procès-verbal. Une situation inhabituelle qui a contraint la FFF a établir en urgence de nouvelles désignations afin de permettre un arbitrage complet des rencontres de fin de saison. Les trois arbitres concernés ont également été sanctionnés par la Commission Fédérale des arbitres, qui a retenu le fait que « ce retard aurait pu avoir de graves conséquences ». Tous ont été sanctionnés d'une mise à l'écart de six semaines, soit entre le 16 juillet et le 27 août, durant laquelle ils n'ont pas été désignés pour officier sur les pelouse hexagonales.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.