Ligue 1 : A neuf, Monaco résiste à Strasbourg

Ligue 1 : A neuf, Monaco résiste à Strasbourg©Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le dimanche 27 septembre 2020 à 17h01

Grâce à un excellent Wissam Ben Yedder, Monaco a pris le meilleur sur Strasbourg (3-2). Le club de la Principauté a été héroïque pour s'imposer dans ce match terminé à neuf.



Malgré l'ouverture du score de Wissam Ben Yedder, les Monégasques s'étaient inclinés la semaine passée à Rennes, se prenant les pieds dans le tapis après un début de saison prometteur (un nul, deux victoires). Septièmes au coup d'envoi, les hommes de Niko Kovac voulaient profiter de la venue de l'antépénultième pour retrouver les places européennes. Mais, après avoir mordu la poussière à trois reprises, les Strasbourgeois étaient parvenus à s'imposer samedi dernier à La Meinau face à Dijon et pouvaient quitter leur strapontin de barragiste en cas de résultat favorable à Louis-II.

Les Monégasques, un cran au-dessus en première période...

Hélas pour les joueurs de Thierry Laurey, le collectif adverse s'est avéré presque injouable. Tout du moins lors du premier acte. Dès la 2eme minute, Stevan Jovetic a anticipé un raté de Stefan Mitrovic et servi Ben Yedder. Le capitaine a échangé un une-deux avec Kevin Volland, puis décalé le Monténégrin qui, en position idéale, a ouvert trop son pied face à Bingourou Kamara. Ce n'était que partie remise ! Sept minutes plus tard, Ruben Aguilar a cherché Ben Yedder en pivot devant la surface. De la tête, l'international français a décalé Volland sur la droite de la surface. L'Allemand s'est appliqué afin de retrouver son partenaire au sol et en retrait. Ben Yedder a terminé le travail avec spontanéité et précision. Surpassés par l'inspiration du onze de Niko Kovac, les Alsaciens n'avaient que des miettes. Incapables de tenir le ballon, ils ont même donné l'impression de tirer la langue en attendant le retour aux vestiaires. M.Pignard, qui n'avait donné qu'une minute de temps additionnel, a choisi de laisser une dernière action se dérouler, quitte à dépasser un peu plus le temps imparti. Sollicité côté gauche par Volland, Fodé Ballo en a profité pour déposer un centre au second poteau, où Aguilar, son alter-ego du couloir droit, a crucigié Kamara d'une tête à rebond. La messe semblait déjà dite !

...ne voulaient pas d'une victoire trop facile

Pour secouer le cocotier, Thierry Laurey a fait deux changements à la pause. Le coach du Racing a vu son pari récompensé dès la reprise des débats. Entré à la place de Jean-Ricner Bellegarde, Mehdi Chahiri a profité d'une toile de Benoît Badiashile puis d'un bloc de Ludovic Ajorque pour réduire l'écart d'un intérieur du pied plein de sang-froid. Portés par le tandem Volland-Ben Yedder, les Monégasques ont réagi six minutes sur un nouveau service au sol de l'Allemand converti avec précision par le Français, aussi brillant pour initier les actions que pour les conclure. La partie manquait de suspense ? En allant chercher le choc genou contre genou avec Djiku, Tchouaméni a rajouté un peu de piment, récoltant son deuxième jaune et laissant ses partenaires à dix. Quelques instants plus tard, Badiashile - encore lui, s'est effacé devant Ajorque, qui a alors pu aller dribbler Lecomte, avant d'être retenu par Axel Disasi au moment de conclure. Penalty et carton rouge ! D'un tir puissant sur la gauche, Ajorque s'est fait justice lui-même, et Strasbourg avait encore 20 grosses minutes à jouer à onze contre neuf ! Niko Kovac a alors lancé les jeunes Matazo, Diop, Biancone et Matsima pour combler les trous avec leur volume. La défense du Rocher a balancé loin devant, Lecomte a gagné le plus de temps possible sur ses sorties et ses dégagements, et ça a suffi pour atteindre le coup de sifflet final sans encaisser un troisième but. Trois points que les Monégasques vont savourer. Les Strasbourgeois, en revanche, regretteront longtemps d'être repartis bredouilles de Louis II !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.