Les Verts et les Violets n'ont plus de temps à perdre

Les Verts et les Violets n'ont plus de temps à perdre©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 14 janvier 2018 à 08h07

L'année démarre à peine que Saint-Etienne et Toulouse disputent déjà un match à six points ce dimanche à Geoffroy-Guichard (15h00).

Saint-Etienne et Toulouse n'ont déjà plus le temps. L'urgence, dès le mois de janvier. C'est un peu le credo de deux équipes en manque de confiance et de points, surtout. D'un côté, des Verts qui restent sur trois défaites de rang en championnat et qui n'ont plus goûté aux trois points depuis le 14 octobre. De l'autre, des Violets vainqueurs une seule fois lors des neuf dernières journées de Ligue 1. C'est dire si l'affiche entre le 17eme et le 18eme de l'élite est importante.Dupraz : « Un match capital »« C'est un match capital parce que les journées s'égrènent et malheureusement nous n'avons pas les points que nous devrions avoir », a reconnu Pascal Dupraz en conférence de presse vendredi. L'entraîneur toulousain ne sera pas sur le banc ce dimanche. Victime d'un malaise samedi, il a préféré prendre du repos pour revenir au chevet de son équipe en début de semaine. Mais avant de voir ses joueurs s'envoler pour le Forez, où ils n'ont plus perdu depuis sept ans, le Savoyard a eu le temps de les mettre en garde. « Dans un premier temps, il faut qu'on prenne de l'air au classement. On n'en a pas. C'est comme si le rez-de-chaussée était un peu inondé. Mais on respire encore, on va écoper, et il faut retenir que notre jeu est plus conséquent depuis quelque temps. Ça va finir par payer, il n'y a pas de raison », tente-t-il de positiver.Gasset : « Traverser les nuages avant de voir le ciel bleu »Un positivisme aussi adopté par les Stéphanois. Fraîchement intronisé entraîneur en chef de l'ASSE, Jean-Louis Gasset veut capitaliser sur la qualification en Coupe de France, le week-end dernier contre Nîmes. « Dans un grand club, il y a toujours des hauts et des bas. Mais, quand il y a eu du très, très haut... C'est là que l'on a besoin des gens. L'union sacrée, elle est là. C'est là que ça va repartir. Il faut parfois traverser des nuages avant de voir le ciel bleu », glisse le très poète coach stéphanois. Les nuages, c'est ce classement, cette terrible série, ou encore la colère des supporters. Ce dimanche, ils feront grève pendant dix minutes. « On sort de deux matchs à huis-clos partiel, ce n'est pas la première fois qu'on va vivre ce genre de situation. Ce n'est pas l'idéal mais on doit s'adapter, bien attaquer le match et marquer le plus tôt possible, estime Loïc Perrin. Contre Nîmes, j'ai trouvé nos supporters très bien, c'est positif, on a besoin d'eux. » Le ciel bleu, c'est un peu lui, Loïc Perrin. Absent depuis un mois et demi le capitaine stéphanois effectuera son retour ce dimanche à Geoffroy-Guichard.Jean : « Le début de match risque d'être fermé »« Les Toulousains doivent être dans le même état d'esprit que nous, enchaîne Jean-Louis Gasset. Mercredi, ils ont fait un très bon match. Le score est d'ailleurs un peu sévère. Ça va être un combat. Cette équipe ne lâche pas. Ce sera très difficile. » Et du côté de Toulouse, on s'attend aussi à un match assez peu enlevé. « On sait qu'on a besoin de points, eux aussi. Le début de match risque d'être fermé et celui qui va ouvrir le score aura de grandes chances de l'emporter. J'espère que ce sera nous », confie Corentin Jean. A condition de ne pas se laisser envahir par la peur. Sur ce point, Pascal Dupraz se dit confiant : « Je n'ai pas trouvé mes joueurs inhibés contre Rennes, pourtant il y avait une demi-finale en jeu ». Ce que Corentin Jean confirme : « Il ne faut pas être inhibé, mettre de l'enthousiasme dans le jeu et ça le fera », assure l'ancien Troyen. Enthousiaste, il faudra aussi l'être au coup de sifflet final. Sous peine de se retrouver sous l'eau dès le début de l'année.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.