Les tops et les flops de la Ligue 1

Les tops et les flops de la Ligue 1©Icon Sport

GM de la rédaction de TELEFOOT, publié le vendredi 20 novembre 2020 à 14h00

Evénement TELEFOOT. Après moins de quinze jours de trêve internationale, la Ligue 1 reprend ses droits ce vendredi avec Rennes-Bordeaux puis Monaco-PSG.

L'occasion d'établir un premier bilan après 10 journées, avec les joueurs qui ont marqué les esprits, crevé l'écran, affolé les stats ou tout simplement déçu.



L'arme fatale : Boulaye Dia (Reims)

On attendait Mbappé, Ben Yedder voire Neymar et Dembélé. Finalement et après 10 journées de L1, c'est le surprenant Boulaye Dia qui pointe en tête du classement des buteurs avec 8 réalisations. Puissant, rapide et habile dos au but, l'attaquant de 24 ans du Stade de Reims n'a de cesse de faire souffrir les défenses adverses par son jeu usant et son sens de la percussion. Mais il va falloir vite en profiter car Dia ne devrait pas rester encore très longtemps en L1. Courtisé cet été par le Lokomotiv Moscou et le Hellas Vérone, l'international sénégalais avait finalement décidé de prolonger son bail en Champagne. Mais comme l'a répété son président Jean-Pierre Caillot, le natif d'Oyonnax dispose toujours d'un bon de sortie et vu sa cote actuelle, d'autres clubs d'un tout autre calibre devraient se manifester lors du mercato d'hiver...

La révélation : Randal Kolo-Muani (Nantes)

De toute évidence, Randal Kolo-Muani n'est pas le nom le plus ronflant de cette liste. Et pourtant, l'international français Espoirs crève l'écran. Après avoir été prêté l'an passé à l'US Boulogne en National, le Titi Canari formé à la Jonelière et aujourd'hui âgé de 21 ans a parfaitement pris son envol cette saison en Ligue 1. Décomplexé et entreprenant, il s'impose même comme un rouage essentiel au bon fonctionnement du FCN. "Même s'il n'a pas des statistiques extraordinaires avec seulement 1 but et 1 passe décisive (en 8 matches), il est important dans le jeu nantais, estime Mathieu Bodmer, consultant pour Téléfoot La Chaîne. Il va très vite, il conduit bien le ballon, il lève la tête, il fait preuve de justesse technique, il est véloce malgré son grand gabarit. C'est une belle promesse d'avenir".

La déception : Jonathan David (Lille)

Plus cher transfert de l'histoire de Lille, Jonathan David n'a toujours pas rentabilisé les 32 millions d'euros + bonus investis sur lui cet été. A 20 ans, l'ancien attaquant canadien de La Gantoise qui pesait 30 buts en 2 saisons de championnat belge, n'est toujours pas parvenu à débloquer son compteur en Ligue 1 (comme en Europa League, d'ailleurs). "Il est disponible pour son équipe, fait des passes décisives mais au niveau de la finition, on sent qu'il doute, souligne Christophe Jallet, consultant pour Téléfoot. Ce n'est jamais très bon même s'il conserve la confiance de Christophe Galtier. Il ne lui manque plus que le déclic".

La valeur sûre : Angel Di Maria (PSG)

Les années passent et Angel Di Maria fait preuve d'une régularité épatante. Suspendu quatre matches après avoir craché en direction du Marseillais Alvaro Gonzalez durant le Classique, l'international argentin s'est illico remis sur les bons rails. Toujours dans les bons coups et aimanté par l'avant, "El Fideo" y est allé de sa contribution statistique avec 2 buts et 2 passes décisives en 5 rencontres. Une force de l'habitude pour le milieu sud-américain qui depuis son arrivée au PSG en 2015 n'est jamais resté muet très longtemps. Dépositaire du jeu parisien et visiblement libéré quand Neymar n'est pas dans les parages, Di Maria va devoir sérieusement s'interroger sur son avenir car il n'a toujours pas prolongé et arrive en fin de contrat avec le PSG. Et après Manchester United et le Real Madrid par le passé, tout porte à croire qu'une nouvelle grosse cylindrée étrangère devrait lui faire la cour d'ici peu...

Le fautif : Dimitri Payet (OM)

Depuis le début de sa carrière, Dimitri Payet n'a pas son pareil pour souffler le chaud et le froid, le show et l'effroi. Conquérant et chambreur après la victoire de l'OM au Parc des Princes lors du sulfureux Classique de début de saison contre le PSG, l'international français s'est ensuite éteint à petit feu. Pire, il a manifestement pris du rab de dessert et n'offre pas aujourd'hui l'image d'un professionnel irréprochable, rigoureux et concerné. A court de jambes et de condition physique, Payet a endossé depuis plusieurs semaines les habits boudinés d'intermittent du spectacle, navigant entre banc des remplaçants et place de titulaire tirée par les cheveux. Un vrai gâchis quand on connait le talent pur du Réunionnais. Mais à cette heure, son talent a manifestement décidé d'entrer en hibernation...

Le conquérant : Romain Perraud (Brest)

Qui c'est le patron ? Assurément... Romain Perraud ! A 23 ans, le latéral gauche du Stade Brestois est tout bonnement le défenseur le plus prolifique d'Europe puisqu'il reste à ce jour le seul parmi les cinq grands championnats continentaux à avoir inscrit cette saison 3 buts et offert 3 passes décisives. Une trajectoire inouïe pour ce milieu excentré de formation, natif de Toulouse, formé à Nice, prêté au Paris FC et arrivé à Brest l'an passé sur la pointe des pieds. Une explosion au plus haut niveau qui ne doit rien au hasard car cet ancien international U20 est un bosseur, qui s'accroche et s'acharne. "C'est quelqu'un qui peut aller très loin et réaliser une grande carrière, prédit son coéquipier Hugo Magnetti. Qui sait, il peut même finir dans un très grand club européen". L'Europe, son prochain terrain de jeu ?

Le glouton : Kilian Mbappé (PSG)

Mine de rien, avec 7 buts et 4 passes décisives, Kylian Mbappé est le joueur de Ligue 1 le plus décisif cette saison puisqu'il est directement impliqué dans 11 buts... en seulement 6 matches disputés ! Des temps de passage auxquels le phénomène n'avait jamais été habitué en championnat. C'est dire ! "A chaque match, il a toujours été décisif, insiste Benoît Cheyrou, consultant Téléfoot. Que ce soit sur le côté, dans l'axe, avec sa vitesse de course et sa capacité de dribble, il sait se mettre au service de son équipe ou être décisif". A bientôt 22 ans, la star du PSG continue donc d'élargir son registre, de repousser ses limites et poursuit son irrésistible ascension vers les sommets.

Le renaissant : Gaël Kakuta (Lens)

Et si c'était enfin la bonne saison, celle de l'apogée et de la reconnaissance ? A 29 ans et après avoir posé ses valises dans 12 clubs en onze ans, Gaël Kakuta semble avoir trouvé structure à son pied. Il faut dire que le globe-trotter a bien choisi l'équipe pour performer en retournant dans son club formateur du RC Lens. Symbole de l'excellente première partie de saison des Sang et Or, l'ancien de Chelsea, Séville ou encore la Lazio a souvent montré la marche à suivre en inscrivant 4 buts et en délivrant 1 passe décisive. "Sur ce qu'il produit sur le terrain, c'est tout à fait ce qu'on attendait de lui, précise son coach, Franck Haise. Ce n'est pas un joueur qui fait le résultat mais bien évidemment, Gaël comme d'autres joueurs, a un rôle majeur avec l'organisation mise en place. C'est un joueur qui a un leadership technique, qui joue un rôle dans l'animation. C'est tout bénéfice pour nous". Pourvu que ça dure.

L'énigme : Hatem Ben Arfa (Bordeaux)

Tel un roi, les Girondins de Bordeaux lui ont déroulé le tapis rouge pour son grand retour en Ligue 1, plus de trois mois après avoir quitté la Liga et le Real Valladolid. Et tel un monarque, Jean-Louis Gasset lui a confié direct les clés de l'animation offensive en le titularisant au nez et à la barbe des autres Bordelais concernés par cette zone d'influence. A 33 ans et après avoir disputé presque 4 matches entiers cette saison, Hatem Ben Arfa a prouvé qu'il avait plus que de beaux restes. En jambes et visiblement en forme, l'ancien Marseillais, Parisien et Lyonnais (entre autres) ne rechigne pas à la tâche, n'hésitant pas à décrocher si nécessaire et à se démultiplier au cœur du jeu. Mais sera-t-il le Facteur X de Bordeaux ? Peut-il retrouver son niveau de Nice ? Jusqu'à quand bénéficiera-t-il d'un "traitement de faveur" de la part de son coach ? Le mystère reste entier.


Pour souscrire à l'offre TELEFOOT rendez-vous sur le canal 48 de la TV d'Orange