Le gouvernement appelle au dialogue sur l'homophobie

Le gouvernement appelle au dialogue sur l'homophobie©Media365

David HERNANDEZ, publié le mercredi 04 septembre 2019 à 07h49

Pour ses un an à la tête du Ministère des Sports, Roxana Maracineanu est revenu sur les dossiers chauds et problématiques actuels dans le football : l'interdiction des déplacements de supporters et les chants homophobes. L'ancienne nageuse appelle à une concertation et à un travail en amont pour mieux faire passer les messages.

Il y a un an, Roxana Maracineanu prenait les rênes du Ministère des Sports. En douze mois, l'ancien championne de natation n'a pas chômé et est confrontée à des problèmes de taille notamment dans le football. Si elle n'est pas exempte de quelques sorties maladroites notamment sur l'alcool dans les stades ou les chants présents à l'intérieur des enceintes, Maracineanu doit faire face à la fronde des supporters des clubs de l'élite. Depuis un an, les interdictions de stade sont devenues monnaie courante en Ligue 1 et le mouvement des « Gilets Jaunes » n'a fait qu'empirer le phénomène. L'interdiction de déplacement des supporters niçois à Nîmes pour le compte de la deuxième journée a été la goutte de trop, ce qui a poussé la ministre à réagir. Après avoir invité les associations de supporters à venir échanger, Roxana Maracineanu a rencontré Laurent Nunez, secrétaire d'Etat à l'Intérieur. Le but ? Trouver une volonté commune d'être à l'écoute des supporters. « L'idée est qu'il y ait une responsabilisation de tous les acteurs, que ce soient les clubs, les associations de supporters, la Ligue, la FFF et nos deux ministères », précise-t-elle dans L'Equipe.

Maracineanu : « Certaines décisions méritent d'être mieux expliquées »

Pour avancer dans le droit chemin, deux réunions de l'Instance nationale du supportérisme sont prévues courant septembre afin de plancher sur la problématique des déplacements ainsi que des comportements dans les stades. Car oui, depuis quelques semaines, c'est une véritable bataille des morts qui est en train de se jouer entre les groupes de supporters et la LFP sur fond d'homophobie. La ministre des Sports a appelé à ce que les matchs soient arrêtés dès qu'une banderole ou un chant soit jugé homophobes. Depuis le début de la saison, des matchs de Monaco, du PSG ou de Nancy ont été temporairement arrêtés à cause de ce fléau. « On peut discuter sur les sujets annexes comme l'équité des sanctions, la durée de l'interruption, mais sur le sujet central, c'est que je ne vois pas qui peut soutenir que de crier « pédé » ou « enculé » pendant 90 minutes est acceptable. » Si elle appelle au dialogue, Roxana Maracineanu reste malgré tout ferme sur sa ligne de conduite. Reste à savoir si cette position va porter ses fruits. En pleine trêve internationale, toutes les parties concernées ont 15 jours pour trouver un semblant de terrain d'entente.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.