L1 (J8) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir

L1 (J8) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le samedi 28 septembre 2019 à 23h45

Retrouvez les principales réactions après les matchs de samedi soir comptant pour la 8eme journée de Ligue 1.

Vincent Hognon (entraîneur de Metz)

Metz aurait clairement dû remporter ce match, même si Toulouse a eu des occasions. Même après l'égalisation, on a eu l'opportunité de repasser devant. Je suis extrêmement déçu. Les joueurs ont beaucoup donné, on a mis une certaine qualité en première mi-temps avec pas mal de situations. Il y a aussi eu beaucoup d'événements contraires, avec la sortie d'Habib Diallo, d'Opa Nguette. À la fin, s'il y a corner, pour moi, le match est fini. Je ne discute pas. On aurait pu faire mieux sur un troisième match, il a manqué un peu de gaz en deuxième mi-temps pour jouer un peu plus. Mais sinon, oui, on a vu des choses qui fonctionnaient pas trop mal. On est déçus, mais on avance quand même.

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse)

Ça m'inquiète, ça m'irrite que l'on soit une équipe à réaction. J'ai réellement envie que l'on arrive à trouver la solution. Là, on a souvent des débuts difficiles, compliqués. Nous travaillons travaille pour chercher à être plus compétitifs dès la première minute, plus agressifs, plus déterminés. Jusqu'à maintenant, les différentes rotations dans l'effectif ont été très positives. Les joueurs sont partie prenante du projet. La dynamique de groupe existe réellement. Tout le monde a du temps de jeu. Et tout le monde a envie de bien faire. Et surtout personne ne veut subir de nouveaux revers.

Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco)

C'est une soirée positive. L'équipe a bien joué, notamment avec trente premières minutes très fortes. Malheureusement, on n'a pas été assez efficace. En seconde période, on a mis la même intensité, le même engagement. On a gagné logiquement. On peut finir avec un 6-1. L'adversaire ne pouvait jamais prétendre à revenir. Les résultats donnent plus de sourire. Mais tout le monde continue à travailler avec la même intensité. Les joueurs sont capables d'enchaîner. Avec cinq semaines de plus ensemble, ils se comprennent mieux. J'ai un groupe d'hommes ici. Des personnes qui sont habituées au football et qui me connaissent.

Olivier Dall'Oglio (entraîneur de Brest)

On ne méritait pas de gagner, c'est le moins que l'on puisse dire. On a manqué de solidité et d'intensité dans tout ce que l'on a fait. On est mal entré en matière avec peu de conservation, de profondeur dans notre jeu. On a eu beaucoup de mal à conserver le ballon. Ce n'est pas une histoire de fatigue. On a été vaillant, mais en dessous de nos deux derniers matchs. Les garçons sont courageux et attentifs. Cela doit nous servir de leçon. On a laissé trop manoeuvrer l'équipe adverse, qui a réussi à toucher Slimani.

Patrick Vieira (entraîneur de Nice)

On a joué contre une équipe très forte. Quand on regarde la physionomie du match, je suis content d'avoir pris un point. On aurait pu tuer le match, mais on aurait pu prendre deux, trois buts dans les 20-25 premières minutes. C'était un beau match de foot car les deux équipes jouaient pour gagner. Une fois que l'on a marqué le but, on a gagné en confiance. En seconde période, on était mieux positionné, mais quand on joue une équipe comme Lille, avec du talent individuel et collectif, à un moment donné, on est obligé de souffrir. La différence entre Lille et Nice ? La rotation des joueurs, l'expérience...

Christophe Galtier (entraîneur de Lille)

Nous sommes suffisants. Ça m'agace, ça m'énerve. Je reste frustré, limite colère, d'avoir encore été très gentil sur le plan offensif. On a joué pour jouer, pas pour gagner. Est-ce que les partenaires se reposent sur Victor (Osimhen) ? J'ose espérer que non. On réglera les choses en tête à tête dans le vestiaire. Nous aurions dû être plus efficaces à l'image de Nice venu gagner un ballon dans notre camp sur un tacle (pour ouvrir le score), donc ça m'emmerde beaucoup.

Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers)


C'est un peu un point à l'énergie. On a mal démarré notre rencontre et on a pris un but. On a mis un peu de folie après la pause. Je trouvais que l'on était un peu académique. Il y avait peu de mouvements face à une équipe qui nous a posé des problèmes. Quand on est mené sur le troisième match en une semaine, c'est toujours plus dur. Mais je félicite les joueurs car ils ont tout donné. Parfois, c'était un peu désordonné. Mais quitte à passer à travers, il fallait tout tenter pour renverser le score. Ça a fini par payer. C'est la satisfaction qui l'emporte. À la fin, ça allait d'un but à l'autre. Les deux équipes pouvaient marquer. Mais je savais que ça allait se passer comme ça. On a pris des risques, eux aussi. On a voulu aller chercher la gagne, on a tout fait pour aller chercher la victoire. Je sais que ça aurait pu se retourner contre nous, mais c'était un risque assumé.

Luka Elsner (entraîneur d'Amiens)

C'est un mélange d'émotions. Nous sommes fiers et heureux d'avoir pris un point ici. On a eu du courage, le sens du sacrifice. Mais il y a de la frustration. On a eu des moments à exploiter pour les contrer. Le point est positif avec un petit regret. On a montré des qualités que l'on n'avait pas montrées jusqu'à maintenant. On construit le puzzle pièce par pièce. Les joueurs ont la bonne mentalité. On a été dans le dur parfois physiquement, mais personne n'a lâché. On repart avec un point mérité. Les deux équipes étaient fatiguées. On aurait dit un match de boxe. On ne défendait plus rien. On essayait de se mettre des coups pour aller au KO. Finalement, tout le monde est resté debout.
Source : AFP, site officiel des clubs

Vos réactions doivent respecter nos CGU.