L1 (J6) : Lyon - Marseille, un choc qui en est de plus en plus un

L1 (J6) : Lyon - Marseille, un choc qui en est de plus en plus un©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 23 septembre 2018 à 08h00

Deux équipes en confiance, une rivalité grandissante depuis des années, un duel direct pour une place en Ligue des Champions : la confrontation entre Lyon et Marseille dimanche (21h00) a tout pour offrir un choc de haut niveau.

Après ce week-end, les Olympiques ne se recroiseront pas en championnat avant la mi-mai. Ce sera alors l'antépénultième journée, à l'Orange Vélodrome, et les enjeux de la rencontre pourraient être d'autant plus brûlants que la saison touchera à sa fin. Mais ce n'est pas pour ça que le choc de clôture de la 6eme journée de L1 n'aura pas cette odeur si particulière des grandes affiches du dimanche soir (21h00), bien au contraire. Il y a tous les ingrédients pour qu'elle soit savoureuse, comme souvent entre Lyon et Marseille depuis le début d'un siècle où la rivalité entre les deux Olympiques est montée en puissance au fil des années. Plus que jamais, elle pourrait même s'imposer comme le feuilleton à suivre cette saison. « Un OL-OM n'est pas plus important qu'un derby, a tempéré Houssem Aouar dimanche en conférence de presse. Pas du tout, ça n'a rien à voir ! (rires). Mais les Lyon-Marseille sont de gros matchs, spectaculaires. On est souvent au coude-à-coude en championnat et c'est pour cela que c'est plus électrique que par le passé. »

Un réel antagonisme et le climax en mars


Et pour cause, les deux clubs nourrissent un réel antagonisme. Il s'est accentué tout au long de la dernière saison, qu'ils ont passé bras dessus bras dessous au classement avant de se départager lors d'un match houleux au Vélodrome (2-3). Un scénario fou, avec le but de la victoire de Memphis Depay à la dernière minute, et une bagarre générale à l'entrée du tunnel vers le vestiaire : voilà pour le climax d'un climat de tension attisé par une guéguerre médiatique entre les deux présidents et un chant à destination de Jean-Michel Aulas devenu le tube du printemps à Marseille. Quatre mois après une finale de Ligue Europa où les supporters de l'OM l'avaient entonné à tue-tête, il ne résonnera pas dans le Groupama Stadium, les fans phocéens ayant été interdits de déplacement. Jouer sans eux, les hommes de Rudi Garcia ont pris le pli dans la semaine, s'inclinant à huis-clos contre l'Eintracht Francfort pour leur entrée en lice sur la scène européenne (1-2).

Jeudi dernier, Marseille a raté son entrée en lice en Ligue Europa (défaite 1-2 contre l'Eintracht Francfort).

Six ans sans podium pour l'OM


La veille, l'OL avait réussi son plus bel exploit en Ligue des Champions depuis près de dix ans avec son succès sur le terrain de Manchester City (1-2). Le signe d'une dynamique qui serait favorable aux Lyonnais ? Pas du tout. Parce que si les joueurs de Bruno Genesio ont clairement signé leur match référence de la saison à l'Etihad Stadium, ils naviguaient dans le doute ces dernières semaines, en raison de l'ambiance délétère autour du coach et de résultats sportifs d'une grande irrégularité. Les Marseillais vont eux bien mieux en championnat, où ils restent sur une seconde période flamboyante contre Guingamp (4-0) et une victoire marquante à Monaco (2-3), rompant la malédiction qui les poursuivait depuis des années contre les cadors de L1. Comme s'ils étaient prêts à revenir dans le coup pour disputer les premiers rôles. Parce que mine de rien, ça fait six ans que l'OM n'a plus terminé sur le podium du championnat.

Un duel olympique à son paroxysme cette saison ?


Mais il a toutes les raisons pour y prétendre cette saison. Monaco le montre semaine après semaine, il aura du mal à se mêler à la lutte avec le trio PLM (Paris-Lyon-Marseille), au moins le temps que son effectif au complet n'affine ses automatismes, ce qui pourrait lui prendre plusieurs mois. Un retard à l'allumage qu'il sera compliqué à rattraper. Et comme Paris parait a priori intouchable sur la durée d'une saison, même si les Olympiques ont montré chacun à leur tour qu'ils étaient capables de le bousculer sur un match, il reste Lyon et Marseille en duel pour la deuxième place qualificative pour la prochaine Ligue des Champions. Déjà un objectif qui occupe tous les esprits à l'OL comme à l'OM. Les deux clubs ont pris une bonne habitude, c'est de montrer leur meilleur visage quand la pente s'élève, quand l'adversité se renforce. Ce qui laisse augurer d'une nouvelle grande soirée, pour ajouter un chapitre au grand livre d'une rivalité qui pourrait bien atteindre son paroxysme cette saison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.