L1 (J35) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir

L1 (J35) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le samedi 28 avril 2018 à 23h35

Retrouvez les principales déclarations après les matchs de samedi soir comptant pour la 35eme journée de Ligue 1.

Le plus énervé : Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco)La situation est grave. On a perdu deux points, un des adversaires (Lyon) a gagné des points sur nous, en attendant l'autre (Marseille) demain. Si on est quatrième demain soir, c'est la même chose. Il faut lutter. En fin de saison, par contre, ce ne serait pas la même chose...Le plus ravi : Christophe Pélisser (entraîneur d'Amiens)On a gêné Monaco. On vient de faire un super exploit si Monaco n'a pas marqué. Quand Monaco ne marque pas, c'est que collectivement et défensivement, on a fait un gros match. On aurait même pu faire un exploit plus grand.Le plus prudent : Christophe Galtier (entraîneur de Lille)On est encore en vie à trois journées de la fin. Mais nous n'avons gagné qu'un match face à Metz, qu'on a peut-être condamné. On n'est pas passé devant Troyes. Il faut insister pour obtenir le maintien. Il faut simplement apprécier cette victoire à sa juste valeur, sans plus.Le plus abattu : Frédéric Hantz (entraîneur de Metz)La déception est énorme, elle sanctionne quelque chose peut-être de manière définitive. On le verra par la suite. C'est une défaite qui compte, de manière évidente. Depuis le début de la saison, Metz a manqué tous les matches qui permettaient de revenir. Ce match est un peu à l'image de tous les tournants.Le plus satisfait : Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg)Ce soir, on gratte un point contre Nice, on aurait préféré gagner, voilà mais on fera les comptes à la fin du championnat. Je suis très fier des joueurs car ils ont fait un gros match. Après Amiens, on attendait beaucoup de rébellion et ce soir les garçons ont fait ce qu'il fallait.Le plus positif : Lucien Favre (entraîneur de Nice)On a joué, on a essayé de les faire déjouer mais Strasbourg a eu des contres qui auraient pu être dangereux, ça tient à peu de choses. Je ne sais pas si c'est une mauvaise affaire mais on est revenu, c'est quand même positif. Ce n'est pas simple de gagner ici.Le plus synthétique : Gustavo Poyet (entraîneur de Bordeaux)Les dix premières minutes ont été difficiles, face à un système différent. Quand on a marqué, je pensais que l'on était lancé. On a eu des difficultés à terminer la première mi-temps. Les joueurs qui sont rentrés nous ont beaucoup aidés.Le plus sarcastique : Olivier Dall'Oglio (entraîneur de Dijon)C'est surtout le penalty qu'on provoque dans notre surface qui fait basculer le match. (...) Je n'ai pas grand-chose à reprocher aux joueurs, ça se joue sur un peu de naïveté sur ce penalty mais ça, on est un peu habitué, on doit détenir le record de penalties de la saison...Le plus déterminé : Jean-Louis Garcia (entraîneur de Troyes)Ça va être un championnat indécis jusqu'au bout. A chaque match il peut se passer quelque chose. Nous connaissons la difficulté de notre calendrier. Nous allons préparer Lyon et essayer de proposer quelque chose de cohérent. On ne sait jamais, avec de la réussite, nous pouvons ramener quelque chose de là-bas.Le plus en colère : Patrice Garande (entraîneur de Caen)La défaite c'est une chose, mais le comportement, c'est inacceptable. On a joué quatre minutes. C'est très, très insuffisant...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU