L1 (J33) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir

L1 (J33) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir©Media365

Rédaction , publié le samedi 20 avril 2019 à 23h35

Retrouvez les principales réactions après les matchs de samedi soir comptant pour la 33eme journée de Ligue 1. Strasbourg - Montpellier était notamment à l'affiche.


Le plus frustré : Patrick Vieira (entraîneur de Nice)

Il y a beaucoup de frustration par rapport au match. On a fait un bon match, mais il y a eu beaucoup de déchet et de mauvais choix dans les 30 derniers mètres. Le penalty aurait pu changer le match. On a manqué de réussite. C'est un match qui résume bien notre saison. On pratique un beau jeu dans l'ensemble. La défaite rend les choses compliquées et difficiles pour l'Europe. Mais tant que c'est possible mathématiquement, on va essayer.

Le plus combattant : Fabien Mercadal (entraîneur de Caen)

On a conscience que tout n'est pas parfait. Mais on a vu des garçons qui ont envie et qui sont impliqués dans la survie du club. On joue désormais Dijon et Guingamp, des équipes contre qui on bataille. On a maintenant la possibilité de passer devant Dijon si on gagne (ndlr : mardi soir). À nous de montrer qu'on est capable de le faire. (...) S'il faut qu'il y ait des accrochages comme ça toutes les semaines pour gagner, on gérera. (...) On a pris beaucoup de coups, mais on n'a jamais été KO. Cette victoire n'est pas un hold-up.

Le plus énervé : Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg)

On s'est compliqué la tâche. Il y avait une opposition de très bon niveau. Mais quand tu ne fais pas ce que l'on te demande, tu fais n'importe quoi... On a fait une entame à l'opposé de ce que l'on voulait faire. Ils ont mis deux buts mais n'ont pas eu d'autres occasions. (...) Ce n'est pas un bon match, même si on a mis de l'envie et de l'enthousiasme. (...) À 11, c'était déjà compliqué, mais à 10, quand tu continues à faire des erreurs, ça devient très compliqué.

Le plus sans peur : Michel Der Zakarian (entraîneur de Montpellier)

On avait pris l'option de les presser haut pour avoir le monopole du jeu. Ça a bien marché et on a été efficace en première période. C'est une belle prestation du début à la fin. On a bien défendu. Il nous reste cinq finales. Si on met la même intensité et la même envie qu'aujourd'hui, on peut être difficile à bouger. La Coupe d'Europe, on y pense. On a retrouvé des couleurs ces dernières semaines. À nous de bien aborder les derniers matchs sans crainte car on fait une belle saison. Rien n'est fait, c'est très serré.

Le plus accrocheur : Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes)

Cela n'a pas été un grand match, mais nous sommes ravis de notre classement. On n'a encore rien lâché. On n'a pas tout maîtrisé. On a souffert. Bordeaux nous a posé des soucis tactiquement. On n'a pas su répondre à ce que nous a proposé Bordeaux, mais on s'est accrochés et on continue plutôt bien notre petit bonhomme de chemin. On s'est accrochés, mais il le fallait pour gagner ce match. C'est une victoire avec un peu de réussite sans être imméritée. Bordeaux n'est pas à sa place au classement. C'est un faux treizième ou quatorzième

Le plus psychologue : Paulo Sousa (entraîneur de Bordeaux)

On a eu la possession. On a eu des opportunités, mais on doit être plus agressif pour gagner ce match. C'est fondamental d'améliorer la mentalité et la culture de la gagne. Nîmes a montré plus d'agressivité dans les duels et de capacité sur ses coups de pied arrêtés, mais on a été meilleur que notre adversaire. Il y a eu des intentions, mais il n'y a pas eu d'efficacité. On est déçu mais on a montré aussi une construction de jeu. On a amélioré la mobilité de notre milieu de terrain. C'est un match que l'on doit gagner.
Sources : AFP, site officiel des clubs

Vos réactions doivent respecter nos CGU.