L1 (J31) : Les déclas qui claquent après les matchs de dimanche après-midi

L1 (J31) : Les déclas qui claquent après les matchs de dimanche après-midi©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 01 avril 2018 à 21h30

Retrouvez les principales réactions des entraîneurs après les matchs de ce dimanche après-midi comptant pour la 31eme journée de Ligue 1.

Le plus sonné : Christophe Galtier (entraîneur de Lille)Semaine après semaine, on réduit le nombre de concurrents pour le maintien. On n'est plus que trois ou quatre. J'ai une colère froide. Et aussi, une réflexion pour savoir si les choses doivent continuer comme ça. Je vais avoir une réflexion de 24 heures et parler avec ma direction et mes joueurs.Le plus soulagé : Christophe Pélissier (entraîneur d'Amiens)On savait l'importance du match face à un concurrent direct et qu'il ne fallait surtout pas perdre. Gagner nous place idéalement dans le sprint final. Mais je n'ai jamais vu un club se maintenir avec 34 points donc ce n'est pas fait. On a fait un pas important mais il y a encore beaucoup de travail.Le plus philosophe : Claudio Ranieri (entraîneur de Nantes)On a perdu beaucoup de ballons aujourd'hui et ce n'est pas possible contre une équipe qui a beaucoup de qualité. Au classement, on va reculer mais on doit toujours lutter. Dans le sport on peut gagner, on peut perdre, mais on doit toujours être convaincu de faire le maximum pour jouer bien.Le plus heureux : Jean-Louis Gasset (entraîneur de Saint-Etienne)Laissez-moi savourer le fait d'avoir réussi la mission, d'avoir gagné à Nantes où il est très difficile de gagner, d'avoir marqué trois buts contre une des meilleures défenses à domicile. Aujourd'hui la confiance est là, on ne s'affole pas.Le plus inquiet : Patrice Garande (entraîneur de Caen)J'éprouve plus d'inquiétude que de la colère. La colère, je l'avais exprimée à la mi-temps. On n'est toujours pas dans une attitude d'aller chercher les choses, on ne sent pas ça, c'est ça qui me gêne le plus. Ce n'est pas une copie présentable, ce n'est pas possible de produire ce genre de match.Le plus ambitieux : Michel Der Zakarian (entraîneur de Montpellier)On ne s'est pas caché depuis janvier, on veut continuer à lutter parmi les sept premiers. On va affronter tous les concurrents directs qui sont à la bataille avec nous, il faudra faire le boulot. Il faut lâcher les chevaux, jouer, prendre du plaisir. On a de la qualité, à nous de ne pas nous crisper.Le plus spolié : Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg)On avait bien entamé le match et puis il a échappé à tout le monde, à tous les acteurs du terrain, aux deux bancs de touche et plus dommageable, à l'arbitrage. Le penalty est une décision hallucinante. Il y a une main, celle de Niakhaté et pas de Koné. C'est dommageable. Ça nous prive d'une victoire.Le plus positiviste : Frédéric Hantz (entraîneur de Metz)L'équipe est en progrès globalement mais il faut avoir une meilleure gestion mentale des matchs. Dans notre situation il faudrait gagner, il reste sept matches de L1 mais plutôt que de spéculer sur ce que peut nous rapporter une victoire, il faut se concentrer sur le jeu.Le plus déterminé : Jean-Louis Garcia (entraîneur de Troyes)Ce serait une grosse déception si on avait perdu contre une équipe inférieure, là ce n'est pas le cas. Si en plus on leur donne des munitions... On va continuer à ne rien lâcher, à y croire. Nous voulons absolument le maintien. C'est compliqué pour tout le monde.Le plus agréablement surpris : Lucien Favre (entraîneur de Nice)Nous avons eu beaucoup d'occasions, comme rarement nous en avons eu, et comme rarement Troyes en a concédé. Troyes a été en difficulté aujourd'hui. On a 6-7 grosses possibilités dans la partie, c'est le côté positif, même s'il faut être plus réaliste.Sources : AFP, sites officiels des clubs

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU