L1 (J29) : Classico PSG - OM, réaction lyonnaise, première de Paulo Sousa... Les 5 débats qui vont animer le week-end

L1 (J29) : Classico PSG - OM, réaction lyonnaise, première de Paulo Sousa... Les 5 débats qui vont animer le week-end©Media365

Arthur Merle, publié le vendredi 15 mars 2019 à 07h15

Avant chaque journée de L1, la rédaction de Foot365 contextualise des débats qui animeront le week-end à venir. Au menu ce vendredi : le Clasico entre le PSG et l'OM, le réveil (ou non) de l'OL après son élimination en Ligue des Champions, ou encore le nouveau visage des Girondins de Bordeaux.

1- L'OM doit-il le faire à Paris ?

La question peut paraître surprenante. Mais plus que de savoir si l'OM peut s'imposer au Parc des Princes dimanche soir, on est tentés de se demander si le club phocéen n'est pas, quelque part, condamné à ramener un (très) bon résultat de la Capitale. La formation olympienne n'a plus gagné contre son ennemi juré depuis novembre 2011. Pour retrouver trace d'une victoire en terre parisienne, il faut même remonter à février 2010. Beaucoup trop long pour les supporters marseillais. La formation du Rudi Garcia est invaincue depuis début février et a remporté cinq de ses six derniers matchs. Revenir à trois points du podium pour chuter une énième fois dans le Classico - et éventuellement voir Lyon reprendre ses distances - serait un véritable coup d'arrêt. Marseille n'a pas pu vibrer sur la scène européenne cette saison. Elle doit pimenter cette dernière dans ce genre d'affiches et enfin redorer sa réputation contre les gros.

Réponse dimanche après PSG - OM (21h00)

2- Les traces de l'élimination lyonnaise sont-elles tenaces ?

Ça y est, le rêve européen de Lyon a pris fin. Pas forcément surprenante sur le papier, l'élimination de l'OL à Barcelone mercredi (5-1), en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, a cependant laissé des traces. Il y a celles qui sont visibles : les blessures d'Anthony Lopes et Ferland Mendy, la prestation catastrophique de Marcelo et celle trop neutre de Memphis Depay qui peuvent marquer mentalement. Et il y a celles qui sont moins évidentes. Comment, par exemple, Houssem Aouar va digérer le fait de ne pas avoir foulé la pelouse du Camp Nou ? Comment Martin Terrier va réagir après être resté en tribunes ? Certains états d'âmes seraient presque légitimes. A l'inverse, l'entraîneur lyonnais pourrait éventuellement « sanctionner » Bertrand Traoré pour son entrée ratée. Un coach qui, d'ailleurs, devrait encore recevoir un accueil froid d'une partie de ses supporters, après avoir fait de nouveaux choix très discutables en Catalogne. Tout cela dans le cadre d'un match qui s'annonce loin d'être évident contre une tenace équipe montpelliéraine...

Réponse dimanche après Lyon - Montpellier (14h30)


3- Monaco, véritable arbitre dans la course à l'Europe ?

Depuis le retour de Leonardo Jardim sur son banc et le recrutement XXL effectué lors du Mercato hivernal, l'AS Monaco a, sur le papier, un effectif taillé pour jouer le podium. Problème, le club du Rocher a accumulé beaucoup trop de retard lors de la première partie de saison et n'est pas encore redevenu une machine à gagner, à l'image de ses deux derniers nuls à Angers (2-2) et contre Bordeaux (1-1). Mais en gagnant avec la manière face à Lyon (2-0) fin février, le club du Rocher a prouvé qu'il avait désormais l'équipe pour battre n'importe qui ou presque en Ligue 1. De quoi jouer un vrai rôle dans la lutte pour les premières places ? En battant Lille, Cesc Fabregas et les siens pourraient en tout cas permettre à l'OL de refaire une partie de son retard, trois semaines après avoir mis les Gones dans le jus. La formation de Jardim en a les moyens, surtout que le LOSC semble avoir moins de marge sur ses adversaires depuis quelques semaines.

Réponse vendredi après Lille - Monaco (20h45)

4- Paulo Sousa va-t-il lancer une révolution à Bordeaux ?

Il sera l'une des attractions de ce week-end en Ligue 1. Il, c'est Paulo Sousa, le nouvel entraîneur de Bordeaux. Le Portugais dirigera face à Rennes sa première rencontre sur le banc des Girondins et sera forcément particulièrement scruté. Les premiers retours sur ses entraînements font état de séances très intenses et d'idées tactiques intéressantes. Ainsi, il n'est pas impossible de voir Bordeaux évoluer dans un système hybride à trois défenseurs, que le technicien de 48 ans avait notamment utilisé avec un relatif succès du côté de la Fiorentina. En ce qui concerne les individualités, beaucoup de questions se posent également. Les cartes devraient être redistribuées et visiblement, l'ancien joueur de la Juve ne fera de cadeaux à personne. On n'aura évidemment pas toutes les réponses contre le SRFC. Mais au moins une idée.

Réponse dimanche après Bordeaux - Rennes (17h00)

5- Guingamp peut-il déjà être condamné ?

A la question de savoir si une défaite contre Dijon condamnerait définitivement Guingamp dans la lutte pour le maintien, Jocelyn Gourvennec préférait, dans la foulée de la défaite des siens à Toulouse (1-0) dimanche dernier, assurer que son équipe l'emporterait contre le DFCO. Mais le film, Etienne Didot et ses coéquipiers se le sont certainement fait : dans le pire des scénarios, l'EAG se retrouvera à cinq points du barragiste bourguignon, samedi soir, après le match de la peur entre les deux équipes. Un retard impossible à rattraper ? Mathématiquement, pas du tout. La lutte pour le maintien nous a offert des dénouements beaucoup plus impressionnants qu'une équipe comblant un retard de six points en neuf journées. Mais psychologiquement, ce pourrait être le coup de grâce pour des Guingampais qui vivent une saison extrêmement pénible avec un statut de pire attaque et pire défense de Ligue 1. Sans compter que samedi prochain, la bande à Gourvennec devra gérer une finale de Coupe de la Ligue contre Strasbourg. Une échéance qui pourrait peser lourd dans ce sprint final.

Réponse samedi après Guingamp - Dijon (20h00)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.