L1 (J25) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir

L1 (J25) : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir©Media365

Raphaël Brosse, publié le dimanche 11 février 2018 à 00h02

Retrouvez les principales déclarations des entraîneurs après les matchs de samedi soir comptant pour la 25eme journée de Ligue 1.

Le plus réaliste : Stéphane Moulin (Angers)« Monaco a joué à son niveau et nous au notre. Je ne blâme pas mon équipe, je veux juste être objectif. Ils étaient trop forts pour nous, point. On passe à autre chose, ce n'est pas contre eux que l'on va chercher notre maintien. »Le plus ravi : Leonardo Jardim (Monaco)« Nous avons fait un gros match avec beaucoup de qualités mais aussi avec beaucoup de maîtrise et d'impact. Nous sommes toujours restés présents, bien équilibrés. Cela nous a donné la confiance nécessaire. »Le plus fataliste : Frédéric Hantz (Metz)« On avait très mal préparé ce match en perdant le huitième de Coupe de France contre Caen de la manière dont on l'a perdu. On a manqué de fraîcheur physique et mentale en fin de match. On perd un ballon qu'on ne devait pas perdre et on est puni. En deuxième période, on a tenté des choses mais de manière désordonnée. C'est une équipe contre laquelle il ne faut pas être mené. On perd ce match logiquement. »Le plus satisfait : Michel Der Zakarian (Montpellier)« On a été très solide même si on a concédé des occasions. Dans l'ensemble, on a été très costaud. On a bien contrôlé les Messins. On a retrouvé un très bon niveau ce soir. On a eu des situations aussi, trois occasions en première période. Leur gardien fait de beaux arrêts, le nôtre aussi. En fin de match, on a bien fermé l'axe, bien défendu. On enchaîne une deuxième victoire d'affilée. »Le plus dans l'autocritique : Gustavo Poyet (Bordeaux) « J'ai mis cinq défenseurs à 3-1. Nous aurions pu continuer de jouer. J'ai fait une erreur. Mon idée en faisant entrer Kamano et Sankharé, c'était de contrôler le milieu de terrain et trouver des solutions pour attaquer mais on a perdu pied au milieu de terrain. En changeant Otavio, je pensais qu'on serait plus fort au milieu. Ça n'a pas été le cas. C'est pour ça qu'on est passé à cinq derrière. »Le plus optimiste : Christophe Pélissier (Amiens)« Il nous a surtout manqué de la rigueur sur les coups de pied arrêtés. On prend deux buts évitables, surtout le premier, après avoir raté une énorme occasion. C'est difficile de gagner un match quand on prend trois buts. Mais j'ai aimé l'état d'esprit des joueurs. Dans une période difficile, ils ont montré de l'allant. Ils n'ont pas lâché. Ça laisse augurer des jours meilleurs. »Le plus perfectionniste : Olivier Dall'Oglio (Dijon)« A la mi-temps, je leur ai dit que je n'étais pas content et il fallait que ça résonne. On passait à côté, on ne faisait que subir, on ne montait pas sur le porteur. A la récupération on l'utilisait très mal et on a commis beaucoup de fautes techniques. L'analyse a été rapide. La solution était dans l'état d'esprit. On fait de la compétition.Il y a encore du boulot, on sait que l'on est souvent à réaction et j'aimerais que ça change un petit peu. »Le plus dépité : Lucien Favre (Nice)« Nous avons eu les occasions pour mener en première période et on laisse Dijon ouvrir le score sur un contre. La réaction des joueurs a été magnifique avec deux très beaux buts. Il y a eu ensuite ce penalty. Je n'ai pas revu les images, mais je crois que c'est encore une décision hâtive de trop contre nous. Cela commence à faire beaucoup. Mais on ne doit pas se cacher derrière cela. »Le plus déçu : Antoine Kombouaré (Guingamp)« Je suis déçu parce qu'on fait une très belle entame de match, on a les occasions pour ouvrir le score, on est très solide, on a la maîtrise, il nous manque simplement d'être plus tueur dans la surface, plus déterminant, plus méchant devant le but. C'est décevant. »Le plus pragmatique : Patrice Garande (Caen)« Je pense que l'on pouvait espérer mieux. Je trouve qu'on a une bonne maîtrise du match en première mi-temps, après on a un peu souffert. Comme toujours dans ces matches-là, Guingamp a une situation chaude à la fin. On n'était pas venu que pour défendre, ce n'est pas parce qu'on joue à cinq que c'est que pour défendre. On a fait une prolongation en Coupe de France, il y avait aussi une question de fraîcheur. »Sources : AFP, Bien Public, sites officiels des clubs

Vos réactions doivent respecter nos CGU.