L1 : Garibian s'explique après le couac lors de Brest - Rennes

L1 : Garibian s'explique après le couac lors de Brest - Rennes©Media365

Rédaction , publié le lundi 16 septembre 2019 à 19h35

Alors que Rennes ne décolère pas après le match nul (0-0) à Brest, Pascal Garibian, patron de la Direction Technique de l'Arbitrage, est revenu cet incident et a défendu Clément Turpin, l'arbitre de la rencontre.



Face à l'ampleur de la polémique, la Direction Technique de l'Arbitrage pouvait difficilement rester sans réaction. Dans des propos rapportés à l'AFP, Pascal Garibian a évoqué l'une des affaires du week-end en L1, autour du match opposant Brest à Rennes samedi (0-0). Le patron de la DTA a pris la défense de Clément Turpin, arbitre de la rencontre au cœur de la polémique. « La bonne décision a été prise et en aucun cas Clément Turpin, qui est un arbitre international, n'a eu recours à l'assistance vidéo sous la pression de quiconque », même si « le déroulé des événements peut laisser penser l'inverse », lance Garibian. Une lecture de la situation que les Rennais, qui ont demandé à la Ligue de ne pas homologuer le résultat du match en attendant leur recours, ne partagent pas.

Garibian : « On va tirer les leçons de cet épisode »

Pour rappel, un but de Raphinha en seconde période a été refusé pour une faute préalable de Jordan Siebatcheu sur Jean-Charles Castelletto, venu percuter dans le mouvement son propre gardien, Gautier Larsonneur, resté au sol. A en croire Garibian, Turpin avait bien « détecté » cette faute. « Mais il a laissé l'action se terminer, conformément au règlement. Puis il a demandé à l'assistant vidéo de vérifier que le coup de sifflet soit bien intervenu une fois que le ballon a franchi la ligne, et non pas avant. » C'est là il s'est produit « un dysfonctionnement dans le ''process'' de l'assistance vidéo » : « A un moment ils se sont aperçus qu'il y avait potentiellement une faute dans le déroulement de l'action. Quand Clément a eu cette information [...], il a décidé comme le veut le protocole d'aller voir lui-même les images. Chronologiquement, le travail aurait dû être inversé. L'analyse d'un but doit se faire dès le départ de la phase offensive, et, après, on déroule jusqu'à la fin. » Garibian le promet : « On va tirer les leçons de cet épisode qui ne doit pas se reproduire ». Il le faudra absolument pour éviter d'autres polémiques du genre dans les mois à venir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.