Gaël Kakuta, un fer de lance en Nord

Gaël Kakuta, un fer de lance en Nord
Kakuta
A lire aussi

La rédaction de TELEFOOT, publié le dimanche 18 octobre 2020 à 17h00

Evénement TELEFOOT - Né à Lille mais milieu offensif de Lens, Gaël Kakuta est le parfait trait d'union entre le Losc et les Sang et Or qui s'affrontent ce dimanche soir dans un derby du Nord synonyme de choc au sommet de la 7e journée de Ligue 1.



Cinq ans après leur dernière opposition en Ligue 1, Lille et Lens remettent le derby du Nord au goût du jour ce dimanche soir au stade Pierre-Mauroy (en exclusivité à 21h sur TELEFOOT La Chaîne). Une cure de jouvence pour cette rivalité régionale vieille de plus de 80 ans puisqu'à l'exception de deux crus exceptionnels, jamais les deux formations nordistes ne s'étaient affrontées en étant aussi bien classées en Ligue 1.


A l'amorce de cette 7e journée débutée vendredi, les hommes de Galtier étaient deuxièmes tandis que les protégés de Haise pointaient juste derrière. Le Nord au sommet.

12 clubs en onze ans

Si environ trente-cinq kilomètres séparent les deux villes, le parfait trait d'union entre le Losc et le Racing se nomme Gaël Kakuta. Né dans la capitale des Hauts-de-France en 1991, le milieu offensif va effectuer ses classes dans le club de la cité minière. Son talent ne passe pas inaperçu et à 16 ans, il défraie la chronique en signant dans le club anglais de Chelsea. Mais après avoir emprunté ce que les observateurs pensaient être l'autoroute du succès, l'actuel co-deuxième meilleur buteur du championnat (4 buts en 6 matches dont tous sur penalty) va se perdre en chemin(s). Prêté d'abord à Fulham, il naviguera ensuite du côté de Bolton, Dijon, Vitesse Arnhem, la Lazio, le Rayo Vallecano, Séville, Hebei China Fortune, le Deportivo La Corogne. Avant un retour en France via Amiens. Pour un total de 12 clubs en onze ans !

« Je ne retiens rien de négatif »

« Je n'ai aucun regret, estime aujourd'hui Gaël Kakuta. Si c'était à refaire, je referais les mêmes choix car tout ça m'a fait grandir. Même si j'ai perdu du temps, je ne retiens rien de négatif de toutes ces expériences. J'ai vécu dans différents pays, je me suis nourri de différentes cultures, de différents discours de coachs. J'en ai fait un mélange qui fait aujourd'hui de moi un homme. » Un père de famille de 29 ans, posé, réfléchi et semble-t-il enfin arrivé à maturité, et qui a décidé cet été de revenir au bercail. Là où tout a commencé.

Un rêve d'enfance

« Jouer avec l'équipe première a toujours été mon rêve d'enfance, confie le numéro 10 artésien. Peu importe le club qui m'aurait approché, c'était Lens et rien d'autre. Lens, c'est une fierté ! C'est un club qui m'a toujours fait rêver étant jeune. Je n'ai donc pas hésité une seconde. Et quelle émotion quand j'ai foulé pour la première fois en tant que joueur la pelouse de Bollaert car je ne connaissais le terrain qu'en tant que ramasseur de balle. » Véritable fer de lance des Sang et Or depuis le début de la saison, Gaël Kakuta semble avoir trouvé la bonne carburation, lui qui symbolise à la perfection le renouveau lensois. A seulement 29 ans, le Franco-Congolais n'a certes plus de temps à perdre mais il est clairement de retour vers le futur.

Pour souscrire à l'offre TELEFOOT rendez-vous sur le canal 48 de la TV d'Orange.