Droits TV : Un appel d'offres sans Canal+ ni beIN Sports

Droits TV : Un appel d'offres sans Canal+ ni beIN Sports©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le lundi 01 février 2021 à 16h14

Canal+ et beIN Sports n'ont pas pris part à l'appel d'offres de la LFP pour les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 lundi. Quatre diffuseurs potentiels se seraient manifestés, dont un étranger. 

 

Le feuilleton des droits TV n'est pas près de s'arrêter. Un nouvel épisode a eu lieu lundi, alors que la Ligue de football professionnel avait lancé le 19 janvier un appel d'offres pour réattribuer 80% des matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 suite à la défection de Mediapro. D'après L'Equipe, Canal+ n'y a pas répondu, tout comme beIN Sports, rapporte France Info. Seulement quatre dossiers auraient été déposés, et il pourrait y avoir un acteur étranger parmi eux, sans que l'on connaisse encore son identité. Il pourrait s'agir d'Amazon ou de DAZN. Selon L'Equipe, Jean-Michel Roussier, directeur éditorial de Téléfoot, la chaîne lancée par Mediapro et qui doit normalement diffuser la Ligue 1 jusqu'à mercredi, a lui participé à cet appel d'offres en son nom propre. 

Aulas optimiste

Canal+, qui estime avoir surpayé ses deux matchs par journée de Ligue 1 (pour 330 millions d'euros annuels jusqu'en 2024), d'abord acquis par beIN Sports avant d'être sous-licenciés, voulait que les droits soient remis en concurrence de manière globale. La chaîne cryptée, qui s'estime flouée par cet appel d'offres partiel, a donc décidé de saisir le tribunal de commerce de Paris pour le contester, avec une audience fixée au 19 février. En attendant, la LFP doit étudier les propositions reçues pour réattribuer 80% des matchs de l'élite et de son antichambre. Une réattribution qu'elle espère conclure le plus rapidement possible, la 24e journée de Ligue 1 n'ayant pas de diffuseur. Une 24e journée qui va se conclure dimanche soir par le choc entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain. Et le risque de l'écran noir n'est pas totalement à exclure, même si les acteurs restent optimistes, à l'image du président lyonnais Jean-Michel Aulas, qui fait partie, notamment avec ses homologues marseillais et rémois, Jacques-Henri Eyraud et Jean-Pierre Caillot, du comité de pilotage nommé par Vincent Labrune, le patron de la LFP, pour l'épauler dans cette tâche. "Si on est ici, c'est que l'on s'attend à plein de bonnes choses", a ainsi déclaré Aulas à France Info. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.