Divers - Tapie : "Si Dieu me fait revivre, les Belges sauront à quel point je les aime"

Divers - Tapie : "Si Dieu me fait revivre, les Belges sauront à quel point je les aime"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le mercredi 05 août 2020 à 17h09

La Belgique a redonné un second souffle à Bernard Tapie. Sans espoir face à son cancer, l'ex-patron de l'Olympique de Marseille bénéficie d'un traitement novateur chez nos voisins et reprend du poil de la bête.



Bernard Tapie poursuit son combat contre la maladie. "La tumeur a pris un sale coup", s'exclame l'ancien président de l'Olympique de Marseille, enthousiaste (pour La Dernière Heure). Atteint d'un cancer de l'estomac et de l'oesophage, il avait arrêté les traitements avant de se tourner vers la Belgique, où il semble avoir trouvé une formule porteuse d'espoir : l'immunothérapie, qui stimule les défenses immunitaires en aidant, par le biais d'un liquide, à détruire les tumeurs. Si les effets secondaires sont très douloureux, Bernard Tapie explique à quel point il les endure avec force, tant cette immunothérapie lui permet de reprendre le dessus. Il imagine même, pourquoi pas, remonter sur les planches de théâtre (et il aura aussi plus de force pour affronter son procès en appel, à venir à la rentrée).

"Je serais mort sans ça..."

"Il y a trois stades pour le lancement d'un nouveau traitement sur le marché, détaille l'homme de 77 ans. Mon traitement est au deuxième stade. Il faudra attendre des résultats suffisants pour qu'il passe au troisième stade. Je suis une sorte de cobaye pour la médecine... En France, pour avoir la paix, les médecins refusent de vous soumettre à ce traitement. Mais si on ne l'avait pas mis en route, je ne serais certainement plus là pour vous en parler. Oui, je serais mort sans ça... Si Dieu me fait revivre, je peux vous garantir que les Belges sauront à quel point je les aime. Très souvent, les Français font un complexe de supériorité par rapport à votre pays, mais ils feraient mieux d'avoir le sens du devoir que j'ai trouvé à l'hôpital de Louvain."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.