Divers : Giuly raconte ses mésaventures financières

Divers : Giuly raconte ses mésaventures financières©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 14 avril 2022 à 13h04

L'ancien joueur de Barcelone, Monaco et du PSG, Ludovic Giuly, parle d'un sujet tabou : les soucis financiers après la carrière de sportif.



Les meilleurs sportifs gagnent bien leur vie. Mais l'après-carrière peut s'avérer délicat. Nombre de sportifs connus ont eu de gros problèmes financiers une fois le clap de fin retenti. On se souvient par exemple de Bruno Bellone ou de Carole Merle qui ont tout perdu après avoir été ruinés en raison d'arnaques ou de mauvais placements. Cela reste un sujet très tabou mais Ludovic Giuly, lui aussi victime de mésaventures financières, a accepté d'en parler.

L'ancien milieu offensif du FC Barcelone, de l'AS Monaco, du Paris-SG ou de la Roma, se livre dans Le Parisien, jeudi matin. « À la fin de ma carrière, en 2016, j'ai décidé d'acheter ma résidence principale, raconte d'abord Giuly, âgé de 45 ans. Mon conseiller m'a dit que c'était mieux de louer. J'ai quand même mandaté un courtier. Et là, j'apprends que j'ai dépassé le plafond légal d'endettement et que je n'ai pas le droit de prendre un crédit. Je tombe des nues. Mon banquier m'explique alors que mon argent est nanti, autrement dit donné en gage, pour rembourser les placements faits sur des maisons de retraite par la société Sportinvest, à qui j'avais confié il y a quinze ans 5,3 millions d'euros, dont le rendement était censé servir pour mon après-carrière ».

Giuly : « J'ai clairement le sentiment de m'être fait escroquer »

Ludovic Giuly, qui aimerait aujourd'hui devenir entraîneur et est consultant pour RMC depuis peu, était alors furieux. « J'appelle Sportinvest qui me dit que je ne dois pas m'inquiéter. J'ai quand même demandé à lire mon dossier, et j'ai constaté qu'on me faisait rembourser des crédits à près de 6 % alors qu'on pouvait les renégocier pour beaucoup moins. On m'a répondu : « Oui c'est vrai, mais fais-le toi, on n'a pas le temps ! » J'ai dû passer par des avocats. Et on a découvert que toutes les maisons de retraite qu'on m'avait fait acheter étaient surpayées. Les biens valaient à peine 3,5 millions alors que j'en avais versé 5,3. Et leur rendement était deux ou trois fois moindre que promis. Puis j'ai découvert la troisième partie », poursuit l'ancien joueur international aux 17 sélections avec l'équipe de France en évoquant les commissions. « On a calculé que si je n'avais pas versé ces 5,3 millions d'investissements, j'aurais évité de perdre 2,7 millions ! J'ai clairement le sentiment de m'être fait escroquer ».


« Il y a des gars qui se font avoir en ce moment même sans le savoir »

L'ancien feu follet a décidé de prendre la parole pour lever un tabou sur les « problèmes financiers des joueurs ». « C'est tellement facile de dire que les footeux sont incultes, ne savent pas gérer et n'ont que ce qu'ils méritent. Le truc, c'est que nous, les footballeurs, nous sommes des proies faciles. On fait trop facilement confiance, via nos agents. La seule chose qui m'importait pendant ma carrière, c'était de bien payer mes impôts. Mais pour juger du placement de mon argent, je n'étais pas compétent », lâche Giuly qui connait des « anciens joueurs de mon époque qui sont très mal. Et qui n'osent pas le dire ». « Il y a des gars qui se font avoir en ce moment même sans le savoir, révèle celui qui a vu Lionel Messi commencer au Barça. Et à la fin de leur carrière, ils vont avoir très mal. Pour peu qu'ils divorcent en même temps, cela va être terrible. J'ose parler aujourd'hui à la place de beaucoup qui ont honte de s'être fait avoir. Ils ne devraient pas. Ils sont des victimes, pas des coupables. Que pendant la carrière, des gens mangent un peu sur notre dos avec des commissions, je l'accepte. C'est le jeu. Mais là, c'est toi qui te fais bouffer. Et tu en as honte, alors tu ne dis rien ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.