Deschamps : "Tudor a gardé son tempérament de guerrier"

Deschamps : "Tudor a gardé son tempérament de guerrier"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 13 avril 2023 à 13h04

Dernier entraîneur champion de France avec l'Olympique de Marseille, Didier Deschamps est forcément écouté avec attention lorsqu'il évoque le travail de son successeur Igor Tudor. Qui prend un peu plus de risques que lui...



Didier Deschamps a joué avec Igor Tudor à la Juventus, en 1998-1999 : "Il était très jeune, mais il avait déjà cette force physique qui le caractérise et un tempérament de guerrier dans le sens positif du terme. De ce que je vois, il l'a gardé." Le sélectionneur des Bleus, dans un entretien accordé à La Provence, dit désormais respecter l'entraîneur qu'il est devenu, "ses méthodes et certains fonctionnements" : "Il a ses idées et il va au bout de celles-ci, avec des options différentes mais un cadre qui est bien défini." Illustre prédécesseur du Croate sur le banc de l'Olympique de Marseille, où il a ramené le premier titre de champion de France après quasiment 20 ans d'attente (en 2010, et il n'y en a pas eu d'autre depuis), Didier Deschamps sait de quoi il parle lorsqu'il évoque le travail de son collègue.

"Parfois, ça peut être considéré comme un défaut"

"Il est exigeant dans ce qu'il demande aux joueurs au niveau de l'intensité, de la répétition, de l'énergie. C'est un choix. Quand ça marche, ça met énormément en difficulté l'adversaire avec une prise de risque plus ou moins importante. Mais parfois, quand les résultats ne sont pas là, ces ingrédients peuvent être considérés comme un défaut. Quand ça gagne, c'est une qualité." En 2018, Igor Tudor s'était lui-même montré élogieux envers son ancien partenaire, après la victoire des Bleus contre la Croatie en finale du Mondial : "Il est très intelligent dans la gestion des joueurs. Il a appliqué le football qu'il a notamment appris à la Juventus. On était condamnés à perdre, les Français étaient meilleurs que nous."


Igor Tudor s'est aussi récemment exprimé sur la manière dont il voyait la Ligue 1, la jugeant comme un championnat extrêmement homogène par rapport à l'Italie ou l'Espagne. Il a réitéré ces propos, d'une certaine façon, après le déplacement à Lorient (sur Prime Video) en estimant que les Merlus refusaient de jouer, ce qui était selon lui typique du football français et de ses difficultés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.