Depay, héros malgré lui d'un feuilleton à la catalane

Depay, héros malgré lui d'un feuilleton à la catalane©Icon Sport
A lire aussi

GM de la rédaction de TELEFOOT, publié le samedi 05 décembre 2020 à 13h00

Evénement TELEFOOT. Courtisé depuis cet été par le Barça, Memphis Depay fait toujours partie des joueurs clés de l'OL (qui se déplace ce dimanche soir à Metz).

Même si son transfert reste d'actualité, l'affaire pourrait se conclure sur un flop monumental après moult rebondissements. Explications.




Pour souscrire à l'offre TELEFOOT rendez-vous sur https://m.boutique.orange.fr/tv/bouquet-telefoot


Ce qu'il y a de bien avec l'insaisissable Memphis Depay, c'est que l'on ne s'ennuie jamais. Quand le foot n'a de cesse de s'aseptiser, l'attaquant de l'Olympique Lyonnais fait figure de rebelle avec ses déclarations autocentrées, ses punchlines inattendues, ses saillies soudaines, ses contre-feux ou encore ses banderilles postées sur les réseaux sociaux. S'il ne faut clairement pas le ranger dans la catégorie des bad boys purs et durs, le Batave reste un électron libre. Un insoumis qui sait ce qu'il veut, dit ce qu'il entend et ne se fait donc pas prier pour vider son sac ou exprimer ses sentiments quand bon lui semble.

Repartir de plus belle

Sa "dernière" fixette en date commence à virer à l'obsession, mais comment pourrait-il en être objectivement autrement quand le FC Barcelone vous fait les yeux doux et souhaite vous recruter visiblement ardemment ? Arrivé à Lyon dans le but de se relancer en janvier 2017 en provenance de Manchester United où il était mis au placard, Memphis Depay a finalement passé sur les berges du Rhône beaucoup plus de temps que prévu. Clairement en perte de vitesse outre-Manche après y avoir pourtant été accueilli avec l'étiquette de "future top star mondiale", le Néerlandais s'est doucement mais sûrement refait la cerise à l'OL. Au point de toucher du doigt l'objectif qu'il s'était initialement fixé, à savoir retaper dans l'œil d'une ou plusieurs grosses cylindrées européennes afin de repartir à la conquête des sommets.

La nouvelle danse de l'été

Véritable cadeau du ciel, c'est du Barça que va venir l'été dernier la lumière (même si le PSG, le Milan AC, Arsenal et Everton suivaient également le dossier avec attention) grâce à Ronald Koeman, son ancien sélectionneur des Pays-Bas propulsé nouveau coach des Blaugranas, dont il est proche. D'emblée, l'ancien défenseur à la frappe de mule fait de Depay sa priorité pour renforcer son secteur offensif après le départ de Luis Suarez. « On le veut et lui aussi veut venir », lâche le coach. "Je peux rêver d'un grand club", répond en écho l'intéressé. C'est le début de la danse de l'été et d'un feuilleton à rebondissements dont l'épilogue de la Saison 1 s'achèvera sur un curieux mélange de fiasco et d'inachevé. Alors que Lyon et Barcelone trouvent enfin un terrain d'entente à hauteur de 15 millions d'euros dans les dernières heures du mercato d'été, la ligue espagnole de football va tout simplement retoquer ce transfert en raison de la masse salariale du club catalan qui dépasse le plafond autorisé. La Saison 2 peut déjà commencer, avec vue sur le mercato d'hiver.

Une Saison 2 pliée d'avance ?

Depuis ce transfert avorté début octobre, le scénario n'a pas baissé en intensité. Memphis Depay - dont le contrat expire en juin prochain à l'Olympique Lyonnais - reste farouchement attiré par le FC Barcelone. "J'étais assez proche du Barça, reconnaît-t-il. Seul le règlement ne m'a pas permis de signer (...) On verra bien. Nous serons bientôt en janvier. Non pas que je parte à coup sûr, mais il y a de fortes chances qu'il y ait bientôt des clubs. J'ai 26 ans et je suis presque libre, alors vous pouvez vous attendre à ce que des clubs s'intéressent à moi, n'est-ce pas ?". De son côté, Jean-Michel Aulas semble s'être fait une raison : "Le connaissant, lâche le président lyonnais, il va tout faire pour partir d'ici le mercato de janvier, pour se retrouver en situation d'aller à Barcelone. Ou peut-être mieux encore. Car je le connais, c'est un ambitieux".

Droit dans ses bottes

Mais alors que l'on évoque début novembre un accord pour un départ en janvier portant sur quatre ans de contrat assorti d'un salaire à la baisse, un nouveau rebondissement va pimenter l'histoire. Pour pallier la blessure au genou de l'historique Gerard Piqué, out plusieurs mois, Ronald Koeman doit revoir ses plans et devrait donc être contraint de privilégier plutôt l'acquisition d'un défenseur (Eric Garcia et Felipe Augusto sont ciblés). Pas de quoi perturber l'impénétrable Memphis et sa communication chaloupée. "Je ne peux pas promettre que je resterai jusqu'à la fin de la saison, déclare-t-il quand même au micro de La Chaîne Téléfoot. Dire des choses que je ne peux pas promettre, je ne veux pas le faire. On devrait profiter de ma présence ici". Ailleurs, il réitère ses envies de départ ("Qui n'aimerait pas signer au Barça ?") avant de prendre de nouveau tout le monde de court le week-end dernier en publiant le message suivant sur Twitter : "Vous m'apprécierez quand je serai parti. Profitez de ce dimanche".

Une dernière saison cruelle ?

Rappeur à ses heures perdues, Depay n'aurait adressé cet énigmatique post qu'en référence à la sortie de son premier album intitulé "Heavy Stepper". Une théorie comme une autre car avec l'international néerlandais, on ne sait jamais vraiment sur quel pied danser. Aux dernières nouvelles, il devrait donc rester à Lyon jusqu'au terme de la saison (5 buts et 4 passes décisives Après 12 journées) afin d'aider le club à regagner sa place en Ligue des champions. Avant de boucler enfin ses valises pour la Catalogne ? Rien n'est moins sûr car dans six mois, le paysage du Barça pourrait être totalement métamorphosé avec un nouveau président aux manettes (élections en mars prochain), un Ronald Koeman aux oubliettes (si les résultats ne suivent pas), un Lionel Messi sur le départ et par conséquent, un projet global totalement repensé qui laisserait Depay à quai, d'autant que les socios n'en veulent pas. Et si c'était finalement La Saison 3, la plus dingue et cruelle ?