Cris racistes à Dijon : Le suspect remis en liberté

Cris racistes à Dijon : Le suspect remis en liberté©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 14 avril 2019 à 21h55

Ce dimanche, près de 48 heures après les faits, nos confrères du Bien Public indiquent que l'individu accusé d'avoir proféré des cris racistes à l'encontre de Prince Gouano, vendredi lors du match Dijon-Amiens, est ressorti libre à l'issue de sa garde à vue.

Cet homme de 22 ans, qui réside à Dijon, nie les faits. Il a été présenté ce dimanche au parquet de Dijon, qui a ouvert une information judiciaire. Le procureur de Dijon a requis sa mise en examen pour « provocation publique à la haine ou à la violence, en raison de l'origine ou la prétendue race, par paroles ou images », et « provocation à la haine ou à la violence lors d'une manifestation sportive. » Des motifs passibles d'un an d'emprisonnement et d'une amende de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Le procureur a aussi requis son placement sous contrôle judiciaire avec obligation de pointer au commissariat à la mi-temps de chaque match du DFCO.

Le parquet étudie « une voie de recours »

On apprend grâce aux premiers éléments de l'enquête que le suspect était alcoolisé au moment des faits (1 gramme d'alcool dans le sang) mais qu'il n'avait pas de casier judiciaire avant de faire parler de lui au stade Gaston-Gérard. Le magistrat instructeur n'a finalement pas suivi les réquisitions du parquet et n'a pas mis en examen l'individu, seulement placé sous le statut de témoin assisté, sans contrôle judiciaire. Selon une source proche de l'enquête, citée par Le Bien Public, il existerait une vidéo, difficilement exploitable, et un témoignage précis d'un stadier pointant du doigt le suspect. « Mon client ressort libre mais l'instruction se poursuit », a de son côté confié l'avocate du suspect au quotidien régional, qui regrette les « proportions hallucinantes » prises par cette affaire. Dans un communiqué, le procureur de la République indique qu'il envisage « l'exercice d'une voie de recours ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.