Boudjellal : "On va payer le café, promis..."

Boudjellal : "On va payer le café, promis..."©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 20 juillet 2020 à 18h27

Mourad Boudjellal continue de tenir en haleine les supporters de l'Olympique de Marseille, toujours à sa manière. Sur les réseaux sociaux, voilà le candidat au rachat qui se moque de l'histoire du café lancée par Mohamed Ajroudi.



Les interrogations demeurent au sujet du potentiel rachat de l'Olympique de Marseille par Mohamed Ayachi Ajroudi, l'homme d'affaires franco-tunisien, qui serait accompagné de Mourad Boudjellal. L'ancien président du RC Toulon en rugby a posté dimanche soir un cliché le montrant en train de boire un café à côté d'Ajroudi, le tout accompagné de cette légende : « On va payer le café, promis... » Il s'agit d'une référence aux déclarations de ce dernier il y a quelques jours, pour La Provence : « Vous pensez qu'on s'est lancé dans cette aventure sans avoir entamé la moindre discussion. Le temps, c'est de l'argent. Je n'arrive peut-être pas à payer un café, mais je ne gâche pas mon temps. Cette affaire est en train de prendre beaucoup de temps, alors que notre objectif est d'avancer. »

Ajroudi : « Imaginons que rien ne soit sorti, on ne serait pas là »

Ajroudi précisait encore que « les choses vont avancer », laissant « le soin aux spécialistes d'évoquer les déficits de l'OM ». Vendredi, Var-Matin et Le Figaro annonçaient que Boudjellal avait mis de côté son projet concernant le SC Toulon, promu en National 2, afin de se concentrer exclusivement sur l'aventure de l'Olympique de Marseille. « J'y crois énormément, répétait-il encore. J'ai pris des engagements. J'ai mis en danger le projet en nous dévoilant. Mais j'ai été honnête vis-à-vis de Toulon. C'est mon choix qui a été maladroit par rapport à l'OM. Ajroudi a toujours compris que Toulon, c'était spécial pour moi. »


Celui-ci a d'ailleurs regretté toutes ces fuites depuis un mois (toujours dans son intervention pour La Provence) : « Je ne reproche qu'une seule chose à notre équipe: avoir parlé un peu tôt. Moi-même, ça m'a surpris. J'aurais parlé seulement quand j'aurais fait le chèque. Regardez ce que nous vivons. Imaginons que rien ne soit sorti, on ne serait pas là, on serait tous les deux sur le terrain. On a commis une faute. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.