Bordeaux : Gasset n'a plus confiance en certains joueurs

Bordeaux : Gasset n'a plus confiance en certains joueurs©Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le vendredi 30 avril 2021 à 18h20

Dans une situation sportive et financière compliquée, les Girondins de Bordeaux reçoivent Rennes, dimanche en Ligue 1 (13 heures). Ce vendredi, Jean-Louis Gasset est apparu très marqué par le contexte global autour du club.



Les Girondins de Bordeaux sont plongés dans le chaos. Aussi bien sportivement - avec la seizième place de Ligue 1 - que sur le point de vue financier, alors que le club a été lâché par King Street, son actionnaire. De fait, la réception de Rennes, dimanche lors de la 35ème journée de Ligue 1 (13 heures) revêt d'une importance particulière. D'autant plus si on se penche sur les derniers résultats de l'équipe en championnat de France, avec 11 buts encaissés en 3 matchs, face à l'AS Saint-Étienne (4-1), l'AS Monaco (0-3) et Lorient (4-1).

Un jeu plus basique, des changements dans le onze avec des jeunes

Face au club breton, Jean-Louis Gasset devrait revenir aux bases, sans demander à ses joueurs de trop ressortir le ballon proprement, vu la confiance générale. "Il faut peut-être s'attendre à quelque chose de plus basique, jouer un peu plus long et jouer les deuxièmes ballons. On va enlever un souci à la défense comme ça", a-t-il estimé, ce vendredi devant la presse. Dans l'optique d'un éventuel déclic, il veut changer des éléments. "Mon seuil de confiance a été atteint par certains joueurs. J'ai donné. Je pense que ce sont des bons joueurs, mais quand on a de l'inquiétude et de la peur, on ne peut pas jouer. Ce sera peut-être un soulagement pour certains de se reposer et de voir des jeunes qui vont prendre le taureau par les cornes."



Moins clément, Gasset a chargé King Street, avouant un sentiment de trahison très prononcé. "On nous a appâtés mais on voyait de loin, pour avoir des amis ici, que la situation était compliquée. Mais de là à nous quitter à cinq matchs de la fin, c'est la cerise sur le gâteau. Tous les jours, c'est une tuile, et d'un coup c'est le toit qui tombe. Là, il faut regarder les joueurs, trouver des arguments, essayer de leur enlever l'inquiétude. C'est compliqué", a glissé l'ancien adjoint de Laurent Blanc.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.