Arles-Avignon : L'ancien entraîneur donne les raisons de l'échec en Ligue 1

Arles-Avignon : L'ancien entraîneur donne les raisons de l'échec en Ligue 1©PANORAMIC, Media365
A lire aussi

Dimitri Ferrero, publié le vendredi 22 mai 2020 à 16h10

Dans une interview accordée à La Provence, Michel Estevan, l'ancien entraineur du AC Arles-Avignon, est revenu sur l'exercice catastrophique du club provençal en Ligue 1 lors de la saison 2010-2011.

Il y dix ans, l'AC Arles-Avignon réussissait l'exploit de rejoindre la Ligue 1 après une brillante troisième place obtenue lors de la saison 2009-2010 de Ligue 2. Seulement le rêve s'est vite transformé en cauchemar. Un an seulement après son accession en Ligue 1, le club provençal est rétrogradé à la suite d'un exercice 2010-2011 catastrophique (3 victoires, 11 nuls, 24 défaites). Dans un entretien accordé au quotidien régional La Provence, l'ancien entraîneur d'Arles-Avignon Michel Estevan est revenu sur cette triste saison. Et selon lui, l'unique responsable de cette catastrophe n'est autre que son ancien président, Marcel Salerno.

Estevan : « Ils ont tué le club ! »

Pour le coach qui fut limogé en début de saison suite à la suite d'une défaite face au PSG (0-4), c'était « déjà mort » avant le début de la saison. « Ils ont tué le club ! À la limite, que je sois coach ou pas, peu importe. Quand on reprend l'entraînement, je n'ai plus personne (douze joueurs présents). C'était la reprise pour attaquer la Ligue 1, pas pour un championnat champêtre. S'il (Marcel Salerno) n'avait pas été autant vicieux mais un peu respectueux des gens, j'aurais fait des concessions, par amour du club. Je ne demandais pas qu'il me fasse des courbettes, je voulais juste qu'il me laisse travailler en paix, comme j'avais toujours fait depuis le début », a admis Estevan au quotidien provençal. Évoluant désormais en Régional 2, l'Athlétic Club Arlésien (le nouveau nom du club) essaye doucement de se reconstruire en espérant revivre une nouvelle saison au plus haut niveau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.