Angers : Chabane relaxé dans l'affaire des délits financiers

Axel Allag, Media365, publié le mardi 28 mai 2024 à 14h18

Ce mardi, le tribunal de Bobigny a rendu son verdict au sujet de l'affaire de complicité d'exercice illégal de la fonction d'agent et blanchiment en bande organisée. L'ancien président d'Angers, Saïd Chabane, jugé en mars dernier, a été relaxé.

Près de deux mois après sa condamnation à deux ans de prison pour agressions sexuelles, pour laquelle il a fait appel, Saïd Chabane est fixé concernant une autre affaire. Celle de de complicité d'exercice illégal de la fonction d'agent et blanchiment en bande organisée, pour laquelle il avait été jugé au mois de mars. Ce mardi, donc, le tribunal de Bobigny a rendu son verdict, comme relaté par Ouest-France. Le propriétaire du SCO Angers, qui a cédé la présidence à son fils Romain, a été relaxé. 18 mois de prison avec sursis avaient été requis par le parquet de Bobigny, qui n'a donc pas été entendu. C'est une bonne nouvelle pour lui alors que le SCO est remonté en Ligue 1 après avoir terminé la saison à la deuxième place de Ligue 2.

"Certains ont même parié sur mon suicide. Ils ont appelé ma famille pour dire que je m'étais suicidé. À tous ceux-là, pour tout le mal que vous avez fait, vous n'avez fait que renforcer ma conviction. L'acharnement qu'il y a eu, je ne le souhaite à personne et certains se reconnaîtront", avait commenté le dirigeant, certain qu'il n'allait pas s'écarter du club tandis qu'il a été au centre de plusieurs affaires sur le plan judiciaire. "Il paraît que c'est la vie qui est comme ça. Cela m'a renforcé. On n'a pas été déstabilisé. Ils ont tout essayé, un jour vous saurez tout ce qui s'est passé. On voulait tuer un bonhomme et sacrifier le club pour lui", avait continué Saïd Chabane suite à la montée d'Angers en Ligue 1.

Également impliqué dans l'affaire des délits financiers, l'ancien recruteur d'Angers, Jalal Benalla, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et interdiction d'exercer le métier d'agent et de gérer une entreprise pendant un an. En outre, Abdelkader Chehida et Abdelkader Khelafi, intermédiaires sans licence, ainsi que Lassana Koita, agent licencié FFF, ont aussi bénéficié d'une relaxe, comme rapporté par Ouest-France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.