L1 - Amiens : Les ingrédients d'une saison réussie

L1 - Amiens : Les ingrédients d'une saison réussie©Media365
A lire aussi

Maxence Dourlen, publié le vendredi 04 mai 2018 à 08h45

Sauf cataclysme lors des trois dernières journées de Ligue 1, le club d'Amiens devrait connaitre la deuxième saison de son histoire au sein de l'élite. Une véritable performance pour le plus petit budget de Ligue 1. Alors quelles sont les ingrédients de ce succès si particulier pour le promu amiénois ? Elément de réponse.

Une équipe dirigeante lucide et compétenteEncore en National lors de la saison 2015-16, les Amiénois n'auraient certainement jamais imaginé se retrouver en Ligue 1 quelques mois plus tard. Une véritable prouesse pour l'écurie chère au président Bernard Joannin. Et pourtant, rien n'était écrit avant cette belle découverte de l'élite. Promus à l'issue d'une fin de saison épique en Ligue 2, les Picards ont dû se plier en quatre pour répondre aux exigences de l'élite française. Que cela soit le Stade de la Licorne - où il a fallu rénover une tribune par trimestre - ou le budget du club, les dirigeants n'ont rien laissé au hasard pour ne pas vivre une première expérience douloureuse. Comme pour toute première fois, il a fallu anticiper tout en faisant face à ce saut dans l'inconnu. Et pour le moment, le pari est plus que réussi pour les protégés de Christophe Pélissier.Un recrutement judicieuxComme souvent lors d'une promotion, le Mercato est une période charnière avant de se lancer dans le grand bain. Avec des moyens financiers limités (ndlr : Amiens est le 20eme budget de L1 avec 25M€), les décideurs picards ont dû redoubler d'inventivité pour flairer les bonnes affaires. Certains joueurs clés comme Richard Soumah et Aboubakar Kamara (meilleur buteur du club en L2) ont fait leurs valises pour permettre de lancer la campagne de recrutement. Mais pour le promu, la clé reste évidemment la vente de Tanguy Ndombele à l'Olympique Lyonnais pour environ dix millions d'euros (prêt payant de 2 M€ + option d'achat de 8 M€ + des bonus). Une transaction qui représente quasiment la moitié du budget du club. Auparavant, Christophe Pélissier et son équipe ont eu le nez fin en obtenant les signatures de Prince Gouano, Issa Cissokho, Gaël Kakuta, Moussa Konaté ou encore Danilo Avelar. De très bons coups qui n'ont quasiment rien coûté au promu.Un collectif cohérentDans une telle situation, l'objectif est de trouver rapidement la bonne formule afin d'obtenir la cohésion nécessaire à l'aube de partir pour un rallye de trente-huit journées. Et c'est certainement à ce niveau que les Amiénois ont fait la différence par rapport à leurs concurrents. En difficulté au début du mois d'août, les ouailles de Christophe Pélissier n'ont jamais abdiqué. Malgré une série de quatre défaites pour lancer cet exercice 2017-18, l'écurie picarde a refusé de baisser la tête. Et c'est dans ce refus de la défaite et de l'ordre établi que les Amiénois ont puisé les ressources nécessaires pour créer un collectif cohérent et solidaire. Dix mois plus tard, le vice-champion de Ligue 2 impressionne autour de la 3eme meilleure défense de l'élite à égalité avec l'OL (38 buts encaissés en 35 journées).Le retour en grâce de KakutaCette saison, de nombreux joueurs explosent au sein du collectif amiénois. Que cela soit Régis Gurtner (235 arrêts + détournés, second meilleur total de L1 derrière Lecomte), Prince Gouano ou encore Thomas Monconduit, ils ont tous joué un rôle important dans le maintien de l'écurie picarde dans l'élite. Au sein de ce collectif, un homme prend légèrement ses aises pour se placer au-dessus de la masse : Gaël Kakuta (26 ans). Souvent raillé pour son passif de « globe-trotter », l'ancien joueur de Lens, de Chelsea et de Séville s'émancipe pour connaître la meilleure période de sa carrière avec les Blanc et Noir. Auteur de six buts et cinq passes décisives en Ligue 1, le natif de Lille ne brille pas que par les statistiques. Véritable dynamiteur, le meneur de poche a souvent surnagé par sa justesse technique et sa vision de jeu nettement au-dessus de la moyenne. Une résurrection pour celui qui appartient toujours au Hebei China Fortune.Le revanchard Christophe PélissierQui de mieux que Christophe Pélissier pour symboliser cette très belle première année passée au sein de l'élite du football français ? Peu de monde... Homme de base de la « vraie-fausse montée » de Luzenac en Ligue 2 à l'issue de la saison 2013-14, Pélissier a certainement pris une petite revanche sur le monde du foot avec Amiens. Arrivé en Picardie suite à la désillusion connue par l'écurie ariégeoise, le technicien de 52 ans a véritablement modelé l'effectif de l'actuel 13eme de Ligue 1 à son image. Sans le natif de Revel, le club ne serait certainement pas dans la même situation aujourd'hui. L'histoire d'Amiens parmi l'élite, c'est aussi la revanche d'un homme. Un bâtisseur qui emmène toute une institution derrière lui. Avec lui, les Picards peuvent se projeter avec l'ambition de pérenniser l'écurie au plus haut niveau national, mais il faudra aussi résister aux assauts de certains qui lui font d'ores et déjà les yeux doux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.