L1 - Amiens : La renaissance de Kakuta passe par la pêche aux gros

L1 - Amiens : La renaissance de Kakuta passe par la pêche aux gros©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 17 septembre 2017 à 09h33

Auteur d'un excellent début de saison avec Amiens, où il est prêté, Gaël Kakuta revit après plusieurs années de galère. Il veut maintenant enchaîner un très gros du championnat, comme l'OM qui se rend à la Licorne ce dimanche (15h00).

Sa trajectoire n'a rien de commun. Absolument rien. Grand espoir du football tricolore parti finir son apprentissage à Chelsea à la fin des années 2000, Gaël Kakuta a perdu énormément de temps depuis son titre de champion d'Europe U19 en 2010, aux côtés de Griezmann, Lacazette et Bakambu. Après des passages très discrets en Angleterre, aux Pays-Bas, en Espagne et en Italie, le natif de Lille s'est envolé pour la Chine en 2016. Mais l'aventure au Hebei China Fortune a tourné court et c'est à Amiens que le milieu offensif a atterri cet été en prêt. A 26 ans, Gaël Kakuta a déjà vécu plusieurs vies. Pourtant, il aimerait n'en savourer qu'une, et garder un fil conducteur dans une carrière jusqu'à présent fourre-tout.
Kakuta : « J'ai beaucoup à prouver »
« Mon parcours est assez mystérieux, je me sais attendu. J'ai beaucoup à prouver mais, personnellement, je suis très confiant, confie-t-il au Parisien. Amiens est un club familial, j'ai été très bien accueilli et cela me fait du bien de reparler français. » En Picardie, ses débuts sont prometteurs. Auteur du premier but de l'histoire de l'ASC en Ligue 1, lors du carton contre Nice (3-0), Kakuta a récidivé en offrant la victoire aux siens à Strasbourg samedi dernier (0-1). Reste à maintenir ce niveau sur la distance. Et accrocher quelques gros à son tableau de chasse pour montrer mieux que le bout de son nez. Avec la venue de Marseille ce dimanche à la Licorne (15h00), le cadre semble idéal.
Pélissier : « J'espère qu'on pourra dira qu'Amiens est trop petit pour lui »
« Si on parvient à remettre Gaël au niveau qu'il n'aurait jamais dû perdre, ce sera un pari gagnant pour le club, veut croire son entraîneur Christophe Pélissier. Il vient ici pour se relancer et j'espère qu'on pourra dire en fin de saison qu'Amiens est trop petit pour lui. » Mais l'ancien coach de Luzenac n'en oublie pas l'ADN du club picard et insère le bon début de saison de l'ancien joueur de Chelsea dans le collectif : « Pour gagner des matchs, il faut du talent dans les trente derniers mètres. Gaël en a, mais s'il peut l'exprimer, c'est parce que le collectif fait le travail à côté de lui. » Et ce collectif peut l'aider à réaliser ses rêves. Car son parcours chaotique ne les a pas brisés. A savoir retrouver un jour un grand club européen et, plus près de nous, disputer la Coupe du Monde 2018 avec la RD Congo.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.