Ligue des Champions : Le Real l'emporte grâce à Mendy

Ligue des Champions : Le Real l'emporte grâce à Mendy©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 24 février 2021 à 23h05

Ferland Mendy, dans les dernières minutes, a donné la victoire au Real sur le terrain de l'Atalanta (0-1) en Ligue des Champions.

Le Real Madrid a remporté ce mercredi la première manche de son duel contre l'Atalanta (1-0). Les Merengue sont allés gagner à l'extérieur, grâce à un but du défenseur français Ferland Mendy. L'ancien Lyonnais a fait la différence à la 86e minute de jeu d'une jolie frappe à mi-hauteur et de l'extérieur de la surface. Il a été le grand bonhomme de cette rencontre car il fut aussi à l'origine du premier tournant de la soirée, à savoir l'expulsion précoce d'un joueur de Bergame.

L'Atalanta a presque réussi son coup

Une partie très ouverte et riche en buts était promise aux spectateurs neutres, car un match de l'Atalanta en C1 est souvent l'assurance d'un beau spectacle offensif. Une fois n'est pas coutume, cette règle ne s'est pas vérifiée. Cela étant, il serait difficile de reprocher à La Dea d'avoir abandonné ce qui fait sa force. La formation de Gian Piero Gasperini n'avait tout simplement d'autres solutions que de privilégier la défense à partir du moment où elle s'est retrouvée à dix.

On jouait seulement la 17e minute de jeu lorsque Remo Freuler a laissé ses coéquipiers en infériorité numérique. En position de dernier défenseur, le Suisse a donc fauché Mendy, qui filait à toute vitesse vers ses buts. La décision de l'arbitre paraissait sévère, mais pas scandaleuse. Avec un homme en moins, l'Atalanta a donc surtout fait le dos rond. La stratégie a été payante à quelques minutes près. Et si le Real a autant peiné pour ouvrir le score c'est autant dû à la solidité des Italiens, qu'à son manque d'efficacité.

Le Real a longtemps manqué de réalisme

Car dans ce match où ils ont passé la majeure partie du temps dans le camp adverse, les hommes de Zinédine Zidane ont eu les opportunités pour prendre l'avantage sans attendre les derniers instants de la partie. Ils n'y sont pas parvenus. La faute en partie à Pierluigi Gollini, le gardien de l'Atalanta, qui a arrêté les essais de Casemiro (46e) ou le coup franc d'Asensio (72e), mais aussi au manque de justesse de Nacho (25e), d'Isco (38e), de Vinicius (39e et 53e) ou encore de Modric (48e).

L'absence d'un vrai attaquant dans le camp madrilène, tel que Karim Benzema (blessé), a longtemps pesé lourd dans cette confrontation. Les champions d'Espagne espèrent pouvoir compter sur leur avant-centre français lors de la seconde manche à domicile. Car, avec le résultat enregistré ce mercredi ils n'ont pas le droit de se reposer sur leurs lauriers à Bernabeu, sous peine de se faire sortir dès les 8es de finale de la compétition pour la deuxième année consécutive.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.