Totti, le dernier empereur de Rome

Totti, le dernier empereur de Rome©Media365

David HERNANDEZ, publié le samedi 29 avril 2017 à 19h06

Dimanche, la « Ville éternelle » se coupera une nouvelle fois en deux pour vivre avec passion le derby romain. Cette opposition pourrait bien être la dernière pour Francesco Totti contre la Lazio, vingt-cinq ans après ses débuts dans l'élite.

« No Totti, no party ». Comme à chaque rencontre au Stadio Olimpico, les supporters de la Curva Sud vont déployer dimanche l'immuable banderole à l'effigie de leur icône, Francesco Totti. Malheureusement, l'Italien risque de prendre une nouvelle fois place sur le banc comme souvent cette saison (14 matchs de Serie A). A 40 ans, Totti n'est plus le joueur décisif qu'il était au milieu des années 2000 pour la Roma avec seulement deux buts. Mais, il reste le leader incontesté et incontestable du club de la « Ville éternelle ». Car, oui à l'heure où le football est devenu un business où le moindre joueur est une marchandise échangeable à tout moment, Francesco Totti détonne. 25 ans après ses débuts en Serie A, le Romain pur souche est l'homme d'un seul club : l'AS Roma.
Un titre qui en vaut dix
Florentino Perez ou Roman Abramovitch en 2003 ont bien cru réussir l'exploit de l'extirper des griffes de la Louve mais finalement l'ancien international italien (59 sélections, 9 buts) a juré fidélité pour toujours au club de SA ville. « Le Real Madrid a tout fait pour me recruter. C'est la seule équipe au monde où j'aurais pu aller, même si je l'aurais fait avec la tristesse d'abandonner la Roma. » Des discussions avec son entourage et le voilà marier à vie avec son club de toujours. Avant d'être Italien, Totti est avant tout un Romain ce qui l'a poussé à refuser les ponts d'or. La légende a toujours avoué que « être champion avec la Roma, c'est comme gagner dix titres ailleurs ». Malheureusement, au moment de faire le bilan, seul un titre de champion en 2001 viendra garnir sa salle de trophée en club (plus deux coupes d'Italie).
Des célébrations pour l'amour du maillot
Que ça ne tienne : Francesco vit pour l'amour du maillot et les supporters de la Roma le lui rendent bien, eux qui le considèrent comme plus grand que le Pape. Il faut dire qu'en plus de jurer fidélité, « Il Gladiatore » a su se montrer décisif quand il le fallait comme en 2001 pour le titre de champion mais aussi dans les derbies romains. A l'image du derby de la Madonina à Milan, l'opposition entre la Roma et la Lazio tient de l'honneur de toute une ville. C'est pour ça que Totti a souvent répondu présent même s'il en a perdu beaucoup (15). Joueur le plus capé dans les oppositions contre l'ennemi juré, il est en aussi le meilleur buteur (11 buts) et n'est jamais le dernier pour venir chambrer le club voisin. Sa spécialité ? Les tee-shirts comme ce « Tu es unique » en l'honneur de la Roma en 2002 ou « Game Over » en 2015. Une année civile que Totti avait marquée de son empreinte les derbies notamment au match aller.
Un dernier tour d'arène avant de céder le trône
Auteur d'un doublé dans le nul (2-2), le capitaine historique avait choisi de le célébrer avec toute la Curva Sud autour d'un selfie. Une célébration qui a fait le tour du monde et placer un peu plus Totti dans le cœur des Romanisti qui n'étaient pas encore convertis. Éliminé en demi-finale de la Coupe d'Italie par la Lazio, le 2eme meilleur buteur de l'histoire de la Serie A (250 buts) n'a pas digéré l'affront et compte bien se venger dimanche pour prendre ses distances sur le Napoli (3eme, 71 points) et pourquoi mettre la Lazio en mauvaise position pour la course à la Ligue Europa. « Dimanche, nous devons nous venger après la défaite en Coupe d'Italie, comme je l'ai dit, nous voulons toujours détruire la Lazio, avec le maximum de respect bien sûr. Nous devons être à 101% ». Si la capitale de l'ancien Empire romain ne s'était pas encore embrasée, Totti, en bon capitaine de légion, a lancé la première brindille. A 40 ans, l'ancien « trequartista » devenu avant-centre est en fin de règne mais a déjà trouvé ses successeurs en la personne de Daniele De Rossi et d'Alessandro Florenzi. Il a surtout remporté le plus beau titre d'une carrière : l'amour éternel d'une ville pour son dernier gladiateur.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.