Débuts réussis pour Ronaldo avec la Juventus et Ancelotti avec Naples

Débuts réussis pour Ronaldo avec la Juventus et Ancelotti avec Naples©Media365

Joseph RUIZ, publié le samedi 18 août 2018 à 23h10

Le Juventus Turin s'est imposé contre le Chievo Vérone (2-3) avec Cristiano Ronaldo titulaire. Carlo Ancelotti et Naples ont battu de la Lazio (1-2).

La Serie A a fait le show lors du Mercato estival, notamment avec les signatures remarquées de Cristiano Ronaldo chez le champion en titre, la Juventus Turin, et de Carlo Ancelotti sur le banc de son dauphin, Naples. Il ne fallait donc surtout pas manquer leurs débuts ce samedi soir. Le Portugais est le premier des deux artistes à avoir fait son entrée en scène, c'était en tant que titulaire sous le soleil de Vérone. De multiples occasions sont à mettre à son crédit, signe d'une intégration en bonne voie. « CR7 » a fait face à un gardien en verve, mais les Turinois n'ont pas eu besoin du Portugais pour retourner une situation bien mal embarquée.

Ronaldo actif, Bonucci sifflé, Bernardeschi en facteur X


Après l'ouverture du score de Sami Khedira (0-1, 3eme), validant une domination technique impressionnante des visiteurs, les joueurs du Chievo ont marqué sur leurs deux uniques situations par Stepinski (1-1, 56eme) et Giaccherini (2-1, 46eme), un ancien de la Vieille Dame qui n'a pas célébré. L'entrée de Bernardeschi a fait la différence. Le corner tendu de l'ailier a poussé Bani a marqué contre-son-camp sous la pression d'un Bonucci d'abord sifflé puis épargné au fil des minutes (2-2, 77eme). Sur un centre d'Alex Sandro, encore intenable dans son couloir gauche, Bernardeschi a ensuite libéré la Juve dans les ultimes secondes (2-3, 93eme).

Ancelotti et Naples retournent la Lazio


A Rome, Carlo Ancelotti, pour son grand retour sur un banc de Serie A, avait une certaine pression au coup d'envoi et ceci pour plusieurs raisons : match en prime-time, succès de la Juventus et il lui fallait surtout prouver qu'il pouvait rapidement gérer le lourd héritage de Maurizio Sarri. Le Mister a d'abord douté, observant Simone Inzaghi et la Lazio Rome développer un jeu séduisant sous l'impulsion de Milinkovic-Siavic et d'Immobile. L'attaquant a été l'auteur d'une ouverture du score superbe : un crochet salvateur, voire humiliant, pour Albiol,K.Koulibaly et Mario Rui, puis une frappe enroulée intouchable. Insigne a finalement fait respirer « Carletto ». Il a d'abord délivré une merveille de passe pour Callejon, qui n'a plus eu qu'à glisser le ballon à Milik pour égaliser. Ensuite, il a enroulé, comme Immobile, un amour de ballon en pleine lucarne (1-2, 59eme). Et voilà comment la Juve et Naples se retrouvent déjà seuls en tête d'une Serie A qui a clairement gagné de l'attrait.


Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU