Affaire Rubiales : Hermoso a déposé plainte contre le président de la Fédération espagnole

Affaire Rubiales : Hermoso a déposé plainte contre le président de la Fédération espagnole©Panoramic, Media365

Axel Allag, Media365, publié le mercredi 06 septembre 2023 à 15h34

Jennifer Hermoso, cible d'un baiser non consenti de la part de Luis Rubiales après le sacre de la Roja au Mondial, a déposé plainte ce mercredi contre le patron suspendu du foot espagnol, a appris l'AFP d'une source judiciaire.



Tournant important dans l'affaire Rubiales, qui est loin d'être terminée. Le 20 août dernier, sur le podium protocolaire de la Coupe du monde après le succès de l'Espagne face à l'Angleterre en finale du Mondial (1-0), Jennifer Hermoso a été embrassée sur la bouche par surprise par son président, Luis Rubiales, qui a depuis été suspendu par la FIFA de façon provisoire de toute activité liée au football dans l'attente des procédures disciplinaires ouvertes à son encontre. Ce mercredi, au lendemain des excuses de la RFEF, qui a évoqué dans un communiqué le comportement "inacceptable" du président, Jennifer Hermoso est passée à l'action. En effet, comme rapporté par l'AFP, de source judiciaire, la joueuse a déposé plainte contre le dirigeant auprès du parquet espagnol.

Des poursuites qui vont être lancées "le plus rapidement possible" contre Rubiales

Une étape forcément majeure dans cette affaire car le dépôt de cette plainte était une condition indispensable pour que le parquet, qui avait ouvert fin août une enquête préliminaire contre Rubiales pour "agression sexuelle", puisse effectuer des poursuites. Désormais, ces poursuites vont pouvoir être lancées "le plus rapidement possible", a précisé le parquet, comme relaté par nos confrères de l'AFP. Cette affaire a également concentré les débats au sein de la sélection espagnole masculine alors que chez les féminines, Jorge Vilda a été licencié de son poste de sélectionneur et a été remplacé par Montse Tomé, qui était son adjoint depuis 2018. Ainsi mardi, le capitaine de l'Espagne, Dani Carvajal, avait mis en doute la position de victime de Jennifer Hermoso, avant de revenir sur ses propos ce mercredi. "À aucun moment je n'ai dit que Jenni n'était pas la victime, j'ai dit que la présomption d'innocence devait être préservée. Je ne pense pas que le président passe un bon moment, mais je ne suis pas là pour juger qui que ce soit", a confié le latéral du Real Madrid et de l'Espagne, dans des propos relatés par RMC.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.