Le Graët, une sortie sexiste qui fait polémique

Le Graët, une sortie sexiste qui fait polémique©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 04 mars 2021 à 10h43

En déclarant, à propos des tensions au sein de l'équipe de France féminine : "Elles peuvent se tirer les cheveux, ça m'est égal", Noël Le Graët a de nouveau dérapé avec ces propos "d'une misogynie violente" selon Frédéric Thiriez, également candidat à la présidence de la FFF. 

 

Une petite phrase qui ne passe pas. En pleine campagne de réélection à la tête de la présidence de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, qui vise un quatrième mandat, a été l'auteur d'une sortie pour le moins polémique en marge d'une réunion avec les représentants de clubs franciliens au siège de la Ligue de Paris Ile-de-France. Interrogé sur les tensions au sein de l'équipe de France féminine entre Corinne Diacre et certaines de ses joueuses, Amandine Henry en tête, le dirigeant breton a ainsi lâché : "Aucun match perdu. Voilà ce que je retiens. Donc elles peuvent se tirer les cheveux, ça m'est égal." 

"Monsieur Le Graët fait honte au football français"

Une sortie sexiste qui lui a valu un communiqué offensif de Frédéric Thiriez, l'ancien patron de la Ligue de football professionnel (LFP) qui est, avec Michel Moulin, l'un des concurrents de Le Graët pour la présidence de la FFF. "Monsieur Le Graët fait honte au football français, écrit-il ainsi. Après ses déclarations irresponsables sur le racisme, monsieur Le Graët récidive avec des propos d'une misogynie violente, honteusement discriminatoires concernant l'Equipe de France féminine. Où sont les valeurs du football ? Ce monsieur, qui visiblement ne maîtrise plus son expression ou ses pulsions, est indigne de représenter le premier sport français." 

"Des clichés qui rabaissent systématiquement les femmes"

Thiriez fait notamment référence à une autre déclaration polémique de l'ancien président guingampais qui avait déclaré en septembre, sur le plateau de BFM Business : "Le phénomène raciste dans le sport, et dans le football en particulier, n'existe pas ou peu." Ce qui lui avait notamment valu les récriminations de Patrice Evra. Pour l'éditorialiste d'Europe 1 Virginie Phulpin, ce nouveau dérapage "rappelle la sortie de l'ex-président du comité d'organisation des Jeux de Tokyo sur les réunions avec les femmes qui prennent trop de temps parce qu'elles discutent beaucoup. En fait, on n'en peut plus de ces clichés qui rabaissent systématiquement les femmes dans le sport. Et on ne peut pas demander un comportement exemplaire aux supporters par exemple si les dirigeants eux-mêmes se laissent aller à ces facilités d'un autre temps." Il y a toutefois peu de chances que Le Graët imite Yoshiro Mori, l'ancien président du comité d'organisation des JO tokyoïte, et présente lui aussi sa démission pour ses propos...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.