Bleus : Le message poignant de la femme de Griezmann

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 21 décembre 2022 à 13h44

Auteur d'un grand Mondial avec les Bleus, Antoine Griezmann a eu droit à un message très touchant de la part de sa femme, Erika Choperena, sur Instagram.

Meilleur passeur du Mondial qatari avec trois passes décisives, à égalité avec Lionel Messi, Harry Kane, Bruno Fernandes et Ivan Perisic, Antoine Griezmann, excellent tout au long de la compétition dans un rôle plus reculé, aura été moins en vue lors de la finale perdue dimanche contre l'Argentine (3-3, 2-4 t.a.b). Remplacé à la 70e minute par Didier Deschamps, alors que les Tricolores étaient menés 2-0, le Mâconnais peut être fier de cette Coupe du monde 2022, comme le lui a rappelé son épouse, Erika Choperena, dans un message poignant publié sur Instagram où elle évoque notamment leurs trois enfants Mia, Amaro et Alba, respectivement nés en 2016, 2019 et 2021, mais tous le 8 avril.

"Un exemple pour tes enfants"

"Lors de la Coupe du monde 2018, tu avais un objectif clair et tu avais deux petits yeux qui te regardaient à moitié et pendant un moment. Cette fois, tu avais six yeux qui te regardaient, dont quatre avec des yeux exigeants, toujours avec admiration et parfois avec colère en raison du manque, surtout la nuit. Un de tes objectifs est resté le même, mais tu en as porté un autre qui était d'être un exemple pour tes enfants. Tu étais proche du premier objectif, mais tu es sorti champion avec le second. Mia et Amaro t'ont déjà vu t'entraîner tôt en vacances pour arriver à temps pour prendre le petit déjeuner avec eux. Mais au Qatar, ils ont vu comment tu jouais chaque ballon, ils ont vu comment tu courrais à la fois pour aider en attaque et pour le faire en défense, ils ont vu comment tu respectais les consignes de ton entraîneur", écrit-elle, avant de saluer le comportement du joueur de l'Atlético de Madrid vis-à-vis de ses adversaires.


"Ils t'ont regardé relever la personne que tu venais d'éliminer, en lui disant qu'ils avaient des raisons de garder la tête haute. Ils t'ont vu diriger quand on avait besoin de toi. Ils ont vu comment tu avais perdu à la dernière minute et bien que ça fasse mal comme tout le monde, ils ont vu comment tu avais gardé ta médaille, ils ont vu comment tu as applaudi les champions actuels et ils ont vu comment tu avais félicité tous tes coéquipiers. Le « nous sommes fiers » ne rend pas justice à ce que nous ressentons vraiment", conclut-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.