Qualifs Euro 2020 : Mancini a diversifié la Squadra

Qualifs Euro 2020 : Mancini a diversifié la Squadra©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le samedi 12 octobre 2019 à 09h35

Depuis son arrivée sur le banc de la sélection italienne, Roberto Mancini a tendance à donner sa chance à tout le monde.

Quelle est la particularité de Roberto Mancini depuis qu'il s'est installé sur le banc de La Nazionale ? Le sans-faute en éliminatoires de l'Euro avec six victoires en autant de matches joués ? Oui, mais pas seulement. Le technicien de 54 ans se démarque par rapport à ses prédécesseurs dans son management, et en particulier dans ses choix de joueurs. Il a brisé quelques codes établis et cela devrait être particulièrement apparent ce samedi lors du match de qualification contre la Grèce.

Tout pour le collectif, au sens large du terme

Avec Mancini aux manettes, l'équipe nationale italienne a retrouvé un jeu conquérant, basé sur un football de possession et où le Parisien Marco Verratti a toute latitude pour s'exprimer comme il sait le faire et orienter le jeu de l'équipe. Mais, il n'y a donc pas que dans ce domaine que les quadruples champions du monde ont évolué, ou changé de visage plus précisément. Ce qui saute aux yeux c'est la multitude des clubs qui sont représentés dans l'équipe-type.

Pour le duel face aux Grecs, en énumérant les titulaires certains (Donnarumma, D'Ambrosio, Bonucci Spinazzola, Verratti, Jorginho, Chiesa et Insigne), on peut déjà assurer qu'il y aura huit équipes différentes à l'honneur au coup d'envoi. Et ce chiffre pourrait même monter à neuf si Ciro Immobile est aligné en pointe (ou Andrea Belotti). En cet état de faits, difficile de ne pas y voir la volonté de l'entraîneur de s'ouvrir à tous les horizons, sélectionner les meilleurs et générer des complémentarités plutôt que de les chercher. Sans oublier la possibilité d'améliorer l'entente collective en évitant les clans dans le vestiaire.

L'époque ou le légendaire Enzo Bearzot constituait son équipe avec les trois quarts des joueurs de la Juventus ou qu'un Arrigo Sacchi donnait la part belle aux sociétaires de l'AC Milan est donc révolue. C'est aussi un peu par la force des choses puisque les cadors de Serie A à forte connotation italienne ne sont plus légion. Même à la Juve, ils ne sont plus très nombreux parmi les joueurs transalpins à évoluer régulièrement au sein de l'équipe première.

Marcello Lippi a déjà fait plus fort

Le phénomène n'est pas totalement nouveau et l'on se souvient qu'en 2009 contre l'Irlande du Nord, Marcello Lippi avait aligné un onze où dix clubs différents étaient représentés. Mais il s'agissait d'un match amical, ce qui laisse supposer qu'il y a eu une large revue d'effectif avec des remplaçants appelés à se montrer. Ce samedi, ça ne sera clairement pas le cas. Même si la qualification pour l'Euro est virtuellement dans la poche, Mancini fera appel à l'équipe qu'il jugera la plus performante.

Et pour les échéances futures ? Evidemment, la réalité du jour n'est pas celle de demain et encore moins de l'été prochain lorsque débutera la phase finale du championnat d'Europe. Toutefois, tout porte à croire que Mancini ne dérogera pas à ce qu'il veut mettre en place et qu'il ne penchera vers aucun club plutôt qu'un autre sous l'autel de la rentabilité. La preuve, depuis le début de son mandat, il a déjà flirté à quatre reprises avec le record de Lippi : 9 clubs différents lors des duels contre les Pays-Bas (amical, juin 2018), contre le Portugal (Ligue des Nations, novembre 2018), contre les Etats-Unis (amical, novembre 2018) et face au Liechtenstein (éliminatoires Euro, mars 2018). Il n'a, de fait, aucune raison de changer son fusil d'épaule, à fortiori si les résultats sont là.

Par N.B

Vos réactions doivent respecter nos CGU.