Qualifs Euro 2020 : Le point sur tous les groupes à trois journées de la fin

Qualifs Euro 2020 : Le point sur tous les groupes à trois journées de la fin©Media365

David HERNANDEZ, publié le dimanche 13 octobre 2019 à 07h39

A trois journées de la fin des éliminatoires pour l'Euro 2020, seulement deux nations ont officiellement composté leur billet pour la phase finale : la Belgique et l'Italie. Derrière, les grands pays européens de football auront plus ou moins à batailler pour les accompagner. Le point sur la situation.


Qualifiés



Grâce à sa large victoire contre Saint-Marin jeudi (9-0), la Belgique a été la première sélection à valider son billet pour le prochain Championnat d'Europe. Pour l'anecdote, il y a deux ans, ce sont déjà les Diables rouges qui s'étaient extraits les premiers des éliminatoires européens pour la Coupe du Monde 2018. Ils ont été rejoints ce samedi par l'Italie, assurée de terminer en tête du groupe J avec son succès sur la Grèce (2-0).


Quasiment qualifiés



L'Angleterre aurait pu être le deuxième pays qualifié pour l'Euro dès vendredi soir. Il aurait pour cela fallu battre la République tchèque, ce que les Three Lions n'ont pas su faire. Battus à Prague (2-1), les Anglais restent très bien partis pour participer à l'Euro 2020. C'est aussi le cas de l'Ukraine, qui n'a plus besoin que d'un point (à prendre contre le Portugal lundi), et de la Russie, qui se qualifiera dès dimanche en cas de succès à Chypre. L'Espagne a aussi laissé filer une première occasion de composter son billet en se faisant rejoindre dans le temps additionnel par la Norvège (1-1). Nouvelle chance mardi en Suède, où un point suffira au bonheur de la Roja. La France aura probablement besoin d'une victoire lundi à domicile contre la Turquie. Dans les autres groupes, la Croatie et la Pologne pourraient aussi composter leur billet lors de la prochaine journée. Mais en plus d'un succès, elles auront besoin de résultats favorables.




Ça sent bon



A la lutte avec le Kosovo avant ce rassemblement d'octobre, la République tchèque a réalisé une magnifique opération en battant l'Angleterre vendredi. Les Tchèques sont désormais optimistes quant à leurs chances de qualification. Une victoire contre le Kosovo dans un mois les enverrait à un 7eme Euro consécutif, eux qui n'ont jamais raté une phase finale depuis leur indépendance. Mal parti (deux nuls à domicile pour débuter), le Portugal s'est refait la cerise. Même s'il doit encore mettre un dernier coup de collier, le tenant du titre semble avoir pris une avance rédhibitoire pour la Serbie, 3eme d'un groupe dominé par l'Ukraine. Un concours de circonstances (succès en Ukraine et défaite serbe en Lituanie) qualifierait même la Selecçao dès lundi. A égalité de points avec la France, la Turquie est également proche de la qualification. Mais avec encore les Bleus et l'Islande au programme, la prudence est de mise.


Les autres vont lutter



Pour d'autres pays majeurs du continent européen, la route vers la qualification est encore longue. C'est principalement le cas pour les Pays-Bas et l'Allemagne, à la lutte avec l'Irlande du Nord pour sortir du groupe C. Les Nord-Irlandais paraissent en train de craquer, mais toute contre-performance des Oranje (en Biélorussie) ou de la Mannschaft (en Estonie) dimanche changerait tous les calculs. Malgré sa défaite au Danemark samedi (1-0), la Suisse reste maîtresse de son destin. Mais elle doit faire un sans-faute. Tout se jouera a priori mardi à domicile contre l'Irlande, avant d'accueillir la Géorgie et de se rendre à Gibraltar en novembre. La Suède tient la corde dans le groupe F pour accompagner l'Espagne. Mais avant d'accueillir la Roja, elle n'a qu'un point d'avance sur la Roumanie, dont la fin de calendrier est compliquée (Norvège, Suède et Espagne au programme), et quatre sur la Norvège. Cette dernière, après le nul arraché contre l'Espagne, aura besoin d'un autre exploit mardi à Bucarest pour rêver d'une première participation à grand tournoi depuis l'Euro 2000.

Robert Lewandowski n'en finit plus de marquer !


Un suspense incroyable dans le groupe G...



Si la France se qualifie dès lundi pour l'Euro 2020 et que ces éliminatoires perdent de la saveur à vos yeux, consacrez votre mois de novembre au groupe G. Dans cette poule, le suspense est énorme à trois journées de la fin. Grâce à sa victoire de jeudi en Lettonie (0-3), la Pologne a fait un pas de géant vers la qualification. Mais derrière, pour le deuxième billet, tout le monde est dans le coup du deuxième au cinquième (Autriche, Macédoine, Slovénie et Israël). Cinq points séparent l'Autriche et Israël... qui sera opposé au dernier, la Lettonie (0 point), lors de la prochaine journée. Sauf grosse surprise, les Israéliens devraient se rapprocher, en particulier dans l'hypothèse crédible d'une défaite de la Macédoine du Nord en Pologne et d'un nul de l'Autriche en Slovenie. Et là, ça deviendrait fou.


...et dans le groupe J



Au contraire de la précédente, cette poule a déjà attribué un ticket, à l'Italie. Mais la bataille pour le deuxième s'annonce acharnée. Trois équipes se tiennent en deux points, avec la Finlande devant l'Arménie et la Bosnie-Herzégovine, qui sont à égalité. La Finlande dispose a priori d'un calendrier favorable pour se qualifier pour la première phase finale de son histoire, avec l'Arménie puis le Lichtenstein à domicile, avant de finir en Grèce. A contrario, les Arméniens et les Bosniens doivent encore affronter chacun l'Italie, déjà qualifiée sans être forcément démobilisée pour autant. Les coéquipiers de Miralem Pjanic auront même un déplacement piégeux en Grèce dès mardi. En cas de contre-performance et de victoire finlandaise face à l'Arménie, la messe serait quasiment entendue.

A voir aussi :
>>> Toute l'actualité des éliminatoires de l'Euro 2020

Vos réactions doivent respecter nos CGU.