Le Portugal s'en sort sur la fin contre la Hongrie

Le Portugal s'en sort sur la fin contre la Hongrie©Media365

Rédaction Media365, publié le mardi 15 juin 2021 à 20h05

Après avoir longtemps buté sur la Hongrie, le Portugal a tout de même réussi à s'imposer largement à Budapest (0-3), grâce notamment à un doublé de Cristiano Ronaldo dans les dernières minutes.



Comment ne pas se plonger avec le sourire dans l'atmosphère d'un stade plein ? Avec cette marée rouge et ses cris de supporters, la Ferenc-Puskas Arena portait bien son nom, ce mardi, sous le soleil de Budapest, à quelques heures de l'entrée en lice des Bleus contre l'Allemagne. C'était une ode à la folie de cet illustre nom. La fête était totale en tribunes, donc, mais l'affiche a aussi livré quelques enseignements notables sur le rectangle vert, sur le Portugal comme sur la Hongrie, les deux prochains adversaires des hommes de Didier Deschamps.

Le Portugal confronté à un mur

Le premier constat, c'est que l'armada offensive et la structure défensive du champion en titre sont bien impressionnantes, malgré le scénario de ce match. Confrontée à un bloc bas, la sélection lusitanienne a tenu le ballon dans des proportions notables, tout en variant ses offensives pour tenter de forcer le verrou hongrois. Cristiano Ronaldo a pesé par son jeu de fixation. Bernardo Silva a amorcé beaucoup d'actions. Diogo Jota a énormément remué sur son côté, et Bruno Fernandes a bougé entre les lignes. Tout cela n'a toutefois pas suffi pour trouver l'ouverture en première période. L'unique opportunité franche a été à mettre à l'actif de Jota, dont la frappe puissante à l'entrée de la surface a contraint Gulacsi à s'employer dès la 5eme minute de jeu.

La Hongrie n'a pas à rougir

On l'aura compris : cette équipe de Hongrie galvanisée par son public fera tout pour montrer un beau visage. Ses vertus mentales et sa discipline tactique sont des atouts louables. Logiquement dominée dans le jeu, l'équipe de Marco Rossi a évidemment tremblé sur quelques séquences, dans le jeu ou sur coups de pied arrêtés, mais dans l'ensemble, elle a su se montrer à la hauteur de l'événement. Mieux, elle est même montée progressivement en puissance à mesure que les minutes défilaient. En tenant le 0-0, elle avait déjà installé le doute dans les têtes portugaises.

CR7 et le Portugal ont su se montrer patients

Cette configuration s'est poursuivie après le repos, au cours d'un second acte toujours aussi tactique, lors duquel les Hongrois n'ont pas ouvert les vannes. Mieux, ils sont même parvenus à s'enhardir dans le jeu, sur quinze bonnes minutes, avec des contres incisifs et plutôt bien négociés. Si Pepe a inquiété Gulacsi sur corner côté portugais (47eme), Adam Szalai (50eme) et surtout Schon, dont le but a été refusé (80eme), ont fait passer des frissons dans l'arrière-garde du champion en titre. Malmené, le Portugal a toutefois trouvé les ressources pour déjouer le piège hongrois.

Il lui a fallu un zeste de réussite, sur une frappe de Raphaël Guerreiro contrée par Orban, pour se libérer à quelques minutes de la fin (0-1, 84eme). Dans la foulée, le Portugal a définitivement scellé son succès par l'inévitable Cristiano Ronaldo, dont le pied n'a pas tremblé pour transformer un penalty avec autorité (0-2, 87eme). Le même CR7 a salé l'addition dans les arrêts de jeu en concluant avec brio un joli mouvement collectif (0-3, 90eme+2). Vaillante, la Hongrie n'aura pas à rougir de sa prestation, mais le Portugal a assuré l'essentiel. Au métier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.