La Suède au forceps contre la Slovaquie

La Suède au forceps contre la Slovaquie©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le vendredi 18 juin 2021 à 17h00

Les Suédois l'ont difficilement emporté contre la Slovaquie vendredi (1-0), sur un penalty de Forsberg, pour récolter leur premier succès dans ce championnat d'Europe.


Privé de son showman iconique Zlatan Ibrahimovic, la Suède joue petit bras. Mais cela ne l'a pas empêché de se placer dans une posture idéale pour la qualification, avec une première victoire importante, quelques jours après son match nul et vierge contre l'Espagne pour son entrée en lice dans la compétition.

Un premier acte soporifique

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la prestation collective de la formation scandinave n'a pas soulevé les foules. Surtout en première période. C'est bien simple, il n'y a pas eu une opportunité franche à se mettre sous la dent côté suédois, dans un rapport de force fermé et très moyen sur le plan technique. En face, la Slovaquie s'attelait d'abord à bien réduire les espaces. Mais elle a aussi eu quelques temps forts, sans les fructifier, par manque d'efficacité.

La Suède a (un peu) accéléré

C'est à ce moment qu'il faut peut-être ressortir les individualités suédoises qui sortent du lot. Olsen, d'abord, le gardien, déjà déterminant contre l'Espagne. Le portier suédois a encore sorti les arrêts qu'il fallait, comme sur cette tête puissante de Kucka avant l'heure de jeu (58e). Isak, ensuite, qui avait déjà fait des étincelles avec des miettes pour frôler le hold-up contre la Roja. Puissant et inventif, le jeune avant-centre a pesé durant le second acte, faisant passer plusieurs frissons dans la défense slovaque (62e, 67e, 71e).

Mais c'est grâce à son meneur de jeu Emil Forsberg que la Suède a eu le dernier mot. Le milieu offensif de Leipzig a été l'un des rares éléments à illuminer un peu le jeu. Il n'a pas tremblé au moment de transformer un penalty décisif et obtenu par Quaison (1-0, 77e). Un court et précieux avantage géré avec expérience par la formation de Jan Andersson. La Suède prend les commandes du groupe E devant son adversaire du jour. La pression monte pour l'Espagne, qui se frottera à la Pologne de Robert Lewandowski.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.