Euro 2024 : Vers un forfait de la Serbie ?

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 20 juin 2024 à 15h54

Il est fort probable que cette pression ne soit pas suivie d'effets, mais la Fédération serbe tente en tout cas une vraie hausse de ton auprès de l'UEFA, face au Kosovo mais aussi à la Croatie et l'Albanie.

Alors que la Serbie dispute son deuxième match de l'Euro face à la Slovénie, des relents nationalistes escortent les sorties de la sélection et ses supporters. A la fois de leur part, accusés de chants racistes contre le Kosovo à l'occasion de leur première rencontre devant l'Angleterre (perdue 1-0), ainsi que pour certaines bagarres, mais aussi à leur encontre. En effet, Croates et Albanais ont chanté ensemble mercredi contre les Serbes, demandant tout simplement de "les tuer".

Surbatovic : "Nous demanderons des sanctions, même si ça implique de ne pas poursuivre l'Euro"

Jovan Surbatovic, le secrétaire général de la Fédération, ne compte pas laisser passer, s'en émouvant auprès de la radio serbe RTS : "Ce qu'il s'est passé est scandaleux, nous demanderons des sanctions à l'UEFA et même si ça implique de ne pas poursuivre l'Euro." La menace est lancée. "Nous sommes certains qu'il y aura des punitions, car l'UEFA a déjà répondu à notre appel afin de retirer un soi-disant journaliste albanais auteur d'un signe nationaliste. Nous demanderons de punir les associations des deux sélections, et si l'UEFA ne le fait pas, on réfléchira à la manière de procéder."

Quid, alors, des incidents impliquant cette fois des Serbes ? Le dirigeant évoque "des cas isolés" : "Nos supporters se sont bien mieux comportés que les autres. Un fan a été puni pour des insultes racistes et nous ne voulons pas que ça soit attribué à d'autres. Nous, les Serbes, sommes des gentlemen au coeur ouvert, je rappelle donc aux supporters de rester ces gentlemen." Précisément, sept Serbes ont été interpellés à Gelsenkirchen en raison d'une bagarre, tandis que la Fédération du Kosovo a clairement dénoncé en tribune des "slogans et chants porteurs de messages politiques chauvins et racistes contre le Kosovo, une propagation récidiviste, insensée et absurde lors d'un événement comme l'Euro". Là aussi, des mesures disciplinaires ont été réclamées contre la Serbie, dans ce contexte d'indépendance du Kosovo jamais reconnue par son voisin depuis 2008, après une guerre sanglante à la fin des années 90.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.