Euro 2024 : Nagelsmann sur ses gardes avant la Hongrie

A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365, publié le mardi 18 juin 2024 à 23h24

Après le premier succès convaincant contre l'Ecosse (5-1), Julian Nagelsmann, le sélectionneur de l'Allemagne, se méfie de la Hongrie.

Faisant partie des principaux favoris de l'Euro 2024, au même titre que l'Angleterre, la France ou le Portugal, l'Allemagne n'a pas flanché lors de son entrée en scène. En ouverture de « son » Euro, elle n'a pas fait dans le détail en infligeant une sévère correction à l'Ecosse en en passant 5. 5 buts inscrits avec brio, vendredi dernier, à travers une performance convaincante que la Mannschaft espère reproduire pour son retour sur les terrains, mercredi (18h00) à Stuttgart contre la Hongrie, battue, elle, par la Suisse (1-3), samedi.

La Hongrie, « une équipe dangereuse en transitions »

Julian Nagelsmann se méfie de la sélection hongroise qui aura à cœur de réagir après son premier faux-pas. « C'est une équipe dangereuse en transitions. Ils ont deux attaquants très forts de la tête, ils sont très bons sur les phases arrêtées, a relevé le sélectionneur allemand à la veille du match. On ne devra pas faire de fautes et leur donner des coups francs aux abords de notre surface. On aura des opportunités si on défend bien. Les Hongrois auront sans doute un peu plus de pression que nous parce qu'ils pourraient être éliminés en cas de défaite. Ils présenteront certainement un visage plus offensif que face à la Suisse. »

L'ancien coach du Bayern Munich comptera une nouvelle fois sur Toni Kroos, son précieux milieu de terrain rayonnant face aux Ecossais. « Il a de l'expérience, une carrière faite de nombreux succès. Sa performance contre l'Écosse a encore été très bonne. Il a réussi 99 % de ses passes, et ce n'était pas seulement des passes latérales. Il fait toujours partie des trois meilleurs joueurs du monde lorsqu'il s'agit de trouver des coéquipiers entre les lignes et de se créer des occasions. C'est pour ça que son surnom de « Querpass Toni » (trad. « Toni passe latérale ») est stupide. Il le montrera encore demain », a souligné Nagelsmann qui attend encore pour se prononcer sur les principaux rivaux dans cet Euro 2024. « On n'en a pas encore vu assez pour juger, a dit le jeune technicien. Il y a eu des matchs intéressants, d'autres plus ennuyeux. C'est normal... Je pense que c'était pareil pour nous face à l'Écosse. Il y a eu des moments plus intéressants que d'autres. Aujourd'hui, je pense uniquement à la Hongrie et à la Suisse. On va y aller étape par étape. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.