Espagne : Le retour de Luis Enrique officialisé

Espagne : Le retour de Luis Enrique officialisé©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 19 novembre 2019 à 12h40

A l'occasion d'une conférence de presse ce mardi, le président de la Fédération Espagnole de football Luis Rubiales a confirmé le retour au poste de sélectionneur de Luis Enrique.



Luis Enrique retrouve sa place. Après trois rassemblements assurés en intérim par Robert Moreno, il sera le sélectionneur de l'Espagne à l'Euro 2020. Luis Rubiales a confirmé mardi le retour de l'ancien entraîneur du FC Barcelone à son poste. Luis Enrique en avait démissionné en juin dernier, pour s'occuper de sa fille de 9 ans, victime d'un cancer. Elle est décédée fin août. Nommé au sortir du fiasco de la Roja lors de la dernière Coupe du Monde, dont elle avait été éliminée par la Russie dès les 8emes de finale, le natif de Gijon n'a dirigé que sept matchs de la Seleccion, pour cinq victoires et deux défaites. Il avait notamment échoué à la qualifier pour le Final Four de la Ligue des Nations.

Moreno en larmes après la Roumanie

Moreno avait ensuite pris les rênes et a dirigé 9 des 10 rencontres de qualification pour l'Euro 2020, assurant au passage le ticket de l'Espagne pour la phase finale, avec un statut de tête de série lors du tirage au sort. Après avoir été prévenu de la situation, dans la foulée de la démonstration contre la Roumanie lundi en clôture des éliminatoires (5-0), l'intérimaire a fondu en larmes. Il ne s'est pas présenté non plus en conférence de presse d'après-match, passage pourtant obligé.

Déjà un psychodrame avec Lopetegui

Au mois de septembre, Moreno avait pourtant assuré espérer un retour de Luis Enrique à ses côtés. « Si à un moment, il décide qu'il a envie de recommencer à entraîner, où que ce soit, et il souhaite compter sur nous, je serai le premier à faire un pas de côté pour retravailler avec lui, et je serai enchanté de le faire. Moi, la situation qui me plaisait, c'était celle d'avant. Je considère Luis comme un ami et les amis sont plus importants que n'importe quel projet. » Mais le temps qui a passé depuis avait peut-être fait naître d'autres envies dans l'esprit de Moreno. Décidément, l'Espagne enchaîne les situations compliquées sur le poste de sélectionneur. Il y avait déjà eu l'épisode Julen Lopetegui, démis de ses fonctions deux jours avant l'entrée en lice au Mondial 2018 pour s'être engagé avec le Real Madrid. Cette fois, le psychodrame intervient plus en amont de la compétition. A la Roja de mieux le gérer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.