Bleus : Physiquement, c'est du costaud

Bleus : Physiquement, c'est du costaud©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 17 juin 2021 à 16h03

En vue physiquement contre l'Allemagne, l'équipe de France a montré une grosse solidité contre l'Allemagne lors de son entrée en lice au Championnat d'Europe. Une force dont elle devra encore faire preuve samedi dans la fournaise de Budapest.



Très attendue après les rencontres de tous les principaux candidats au titre et outsiders, l'équipe de France n'a pas failli, mardi soir. A l'occasion de son entrée en lice dans le championnat d'Europe, la formation tricolore a tenu son rang de favorite en prenant le meilleur sur l'Allemagne, chez elle, à Munich (1-0) grâce à un but inscrit contre son camp par Mats Hummels, le même qui avait qualifié la Nationalmannschaft face aux Bleus en quarts de la Coupe du Monde 2014 (1-0) mais malheureux cette fois à la 20eme minute.

Durant la rencontre, les hommes de Didier Deschamps ont affiché une solidité redoutable, à défaut d'être flamboyants comme a pu l'être par exemple l'Italie. Mais c'était un premier match, ce qui n'est jamais évident à négocier, et c'était en terre allemande devant une formation qui reste un grand nom du ballon rond et qui a perdu pour la première fois lors de son entrée dans un Championnat d'Europe. Tout n'a donc pas été parfait, deux buts hors-jeu ont été refusés, Kylian Mbappé aurait peut-être pu obtenir un penalty, Adrien Rabiot a touché le poteau, tandis que Robin Gosens et Antonio Rüdiger auraient pu voir rouge pour des gestes répréhensibles, mais les Bleus ont répondu présent et justifié leur statut.

Lucas Hernandez : « On est au top physiquement »

Les Français se sont notamment montrés costauds physiquement. En défense, particulièrement avec le quatuor Pavard-Varane-Kimpembe-Hernandez qui n'a rien laissé passer aux Allemands. « Le physique est une des bases les plus importantes. On s'est bien préparés à Clairefontaine à ce niveau. On a fait beaucoup de travail pour être au point. On voit que ça paye. On est au top physiquement, a souligné Lucas Hernandez, jeudi devant les médias. On doit arriver le plus loin possible à 100 % de ces capacités. » Solide, l'armada tricolore impressionne mais le défenseur du Bayern Munich ne pense pas pour autant qu'elle fait de plus en plus peur. « On n'a pas cette impression. De l'intérieur, on est serein par rapport à ce qui se dit en dehors, a observé le latéral gauche qui peut aussi évoluer dans l'axe. Mais on montre qu'on a une très grosse équipe qui est capable d'aller très loin. Notre premier match a été très bon. On a donné le ton contre l'Allemagne. Mais il faut enchaîner face à la Hongrie. Le stade sera plein, hostile. On n'a plus l'habitude. Ce sera une autre bataille. »

Hernandez : « Tous les matchs seront des finales ! »

Un duel face à la Hongrie qui se jouera samedi à 15 heures à Budapest où une grosse chaleur est attendue. On évoque 34 degrés... « On a déjà commencé à s'habituer à ce changement. On a mangé aujourd'hui à 12h30. On va également s'entraîner à 15 heures ce jeudi après-midi et demain pareil. C'est un horaire particulier mais, personnellement, je suis habitué en Allemagne », a expliqué Hernandez, visiblement pas du tout inquiet au niveau de cet aspect. « On est préparés. Contre la Hongrie puis le Portugal, il va falloir encore mettre cette agressivité. Il faut toujours répondre sur le terrain. Quand on est agressif et solidaire entre nous, c'est toujours plus facile d'aller au combat. Que ce soit offensivement ou défensivement », a souligné le défenseur à la gnaque reconnue. « Je suis un compétiteur. Je donne tout, a-t-il lâché. Mais on veut tous la gagne. Je crois que ça s'est bien vu sur le premier match. On est sur le bon chemin. Tous les matchs seront des finales ! »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.