Bleus : Deschamps va-t-il rester ?

Bleus : Deschamps va-t-il rester ?©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 29 juin 2021 à 10h42

Après l'énorme désillusion des Bleus, éliminés aux tirs au but par la Suisse lundi en huitièmes de finale du championnat d'Europe, Didier Deschamps est très contesté. Le sélectionneur tricolore ira-t-il au bout de son contrat, qui court jusqu'au Mondial 2022, alors que l'ombre de Zinedine Zidane plane ?


Quelques minutes après l'élimination surprise des Bleus contre la Suisse (3-3, 5 t.a.b. à 4), lundi soir à Bucarest en huitièmes de finale du championnat d'Europe, "Zidane" était l'un des sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux. Et ce n'est pas uniquement parce que Karim Benzema, auteur d'un doublé pour permettre aux Tricolores de reprendre l'avantage, a rejoint son ancien entraîneur au Real Madrid à la sixième place du classement des meilleurs buteurs de l'histoire de l'équipe de France, avec désormais 31 réalisations au compteur. C'est surtout car beaucoup imaginent que Zinedine Zidane, qui a quitté le club merengue le mois dernier, va remplacer son ancien coéquipier Didier Deschamps sur le banc des Bleus. « DD » est pourtant sous contrat jusqu'à prochaine Coupe du monde, prévue au Qatar en novembre et en décembre 2022, mais cette énorme désillusion le fragilise forcément.

Un potentiel offensif qui faisait rêver

Et ce même si son bilan, avec une finale à l'Euro 2016, un sacre mondial deux ans plus tard et près de 65% de victoires depuis 2012 (76 sur 117 matchs), semble également le protéger. Au-delà des résultats, il faut toutefois reconnaître que le jeu pratiqué a rarement été emballant, ce qui aura encore plus sauté aux yeux lors de ce rendez-vous continental. Et ce malgré un potentiel offensif qui faisait rêver tout le monde, ou presque. Deschamps avait même rappelé Karim Benzema après plus de cinq ans et demi d'absence, et le Madrilène a marqué quatre buts, lui qui était associé à Antoine Griezmann (un but) et à un Kylian Mbappé très décevant, qui sera resté muet pendant toute la compétition, manquant même le tir au but décisif face aux Helvètes. Et la défense, l'une des marques de fabrique du technicien tricolore, aura aussi été en grande difficulté.

"On se voit en septembre"

Le Bayonnais, qui n'aura, certes, pas été épargné par les blessures qui ont touché son groupe (Dembélé, Hernandez, Digne), a aussi beaucoup tâtonné tactiquement, parfois même au cours d'un même match, comme face aux Suisses. Au final, il pourrait décider de partir de lui-même, comme il l'avait fait lors de ses deux dernières expériences, à la Juventus en 2007 puis à l'Olympique de Marseille cinq années plus tard. En attendant que Noël Le Graët, le patron de la FFF, s'exprime sur le sujet, Deschamps a évoqué son futur sur beIN Sports à l'issue de la rencontre. "Mon avenir ? Ce n'est pas la question. Vous savez, on s'est dit des choses. Il y a de la solidarité, de l'unité dans ce groupe, une force qui se dégage. J'ai une responsabilité, je l'assume. Je suis avec eux, ils sont avec moi. C'est le sport, il faut l'accepter, même si ça fait mal. C'est prévu qu'on se voit en septembre", a-t-il soufflé. Mais sera-t-il toujours sur le banc lors de la suite des qualifications du Mondial 2022 ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.