Le cousin d'Abidal veut faire la lumière sur la greffe de foie

Le cousin d'Abidal veut faire la lumière sur la greffe de foie©Media365

Rédaction , publié le samedi 23 février 2019 à 12h42

Dans une interview accordée au Parisien, Gérard Armand estime être en plein doute. Le cousin d'Eric Abidal, qui a donné une partie de son foie à l'ex international français, veut faire la lumière sur la greffe et l'enquête en cours.



Qu'il semble bien loin le temps où Gérard Armand s'affichait sur la pelouse du Nou Camp avec un tee-shirt « Respect Rico ». Cinq ans après qu'Eric Abidal a fait ses adieux à Barcelone et six ans après la greffe de foie qu'a subie l'ancien latéral, le flou sur l'opération persiste toujours et inquiète le cousin de l'ex-international.

Gérard Armand, qui a donné une partie de son foie à Abidal, a d'ailleurs décidé de se constituer partie civile pour avoir accès au dossier de l'enquête réouverte en janvier dernier. « Je n'avais pas de nouvelles de mon cousin depuis octobre. J'apprends dans la presse que l'enquête a été rouverte, mais je ne sais pas pourquoi », confie-t-il ce samedi au Parisien. Apparus très proches au moment de la greffe, les deux cousins n'ont depuis pratiquement plus aucuns contacts malgré l'épreuve qui les lie. C'est d'ailleurs ce silence de la part du secrétaire technique du Barça qui inquiète. « Eric ne me rassure pas. Depuis la greffe en 2012, j'avais eu peu de nouvelles de lui, c'était très irrégulier. Quand l'affaire a resurgi en juillet dernier, mon téléphone n'arrêtait pas de sonner. C'était Eric. Et puis plus rien. Je n'ai plus eu de nouvelles de lui jusqu'à la fin de l'année. »

Face au nouveau rebondissement de l'enquête fin janvier, Abidal a renoué le contact et invité son cousin au match contre l'OL. Sans succès. Ce qu'Armand veut avant tout c'est faire la lumière sur cette greffe et savoir si oui ou non il y a eu un achat illégal de foie comme le laissent entendre des écoutes entre Sandro Rosell, ex-président du Barça, et un collaborateur. Pour le Toulousain, l'information est fausse même si l'attente lui fait croire à tous les scénarios possibles. « S'il faut témoigner, je témoignerai ; s'il faut faire des analyses de sang ou autres pour comparer avec Eric, je le ferai aussi, martèle-t-il dans le quotidien. J'ai fait une échographie l'été dernier pour être sûr que l'on m'avait bien enlevé une partie de mon foie, et c'était le cas. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.